BFMTV

Martine aubry réclame la vérité sur l'affaire woerth-bettencourt

Selon le premier secrétaire du PS Martine Aubry, les soupçons qui pèsent sur le ministre du Travail Eric Woerth sont à l'origine d'une "grave crise morale", dont le président Nicolas Sarkozy doit "tirer toutes les conséquences". /Photo d'archives/REUTERS/

Selon le premier secrétaire du PS Martine Aubry, les soupçons qui pèsent sur le ministre du Travail Eric Woerth sont à l'origine d'une "grave crise morale", dont le président Nicolas Sarkozy doit "tirer toutes les conséquences". /Photo d'archives/REUTERS/ - -

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy doit tirer toutes les conséquences politiques de la crise née des soupçons de conflit d'intérêts visant le...

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy doit tirer toutes les conséquences politiques de la crise née des soupçons de conflit d'intérêts visant le ministre du Travail Eric Woerth, a déclaré mardi la première secrétaire du PS Martine Aubry.

Eric Woerth est sous les feux de l'actualité pour ses liens présumés avec l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, soupçonnée d'évasion fiscale et de financement de l'UMP, le parti dont le ministre du Travail est trésorier.

L'ex-comptable de Liliane Bettencourt a, selon son avocat et le parquet, déclaré lundi à la police que 150.000 euros en espèces avaient été versés à Eric Woerth pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

"Il y a aujourd'hui une grave crise morale dans notre pays, d'autant plus que le président de la République et le gouvernement ont tardé avant de réagir à des faits avérés", a dit Martine Aubry dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

"Donc cette crise morale elle existe et, avec les dernières révélations, dont je ne sais pas aujourd'hui si elles sont avérées ou pas, nous en arrivons à une crise qui pourrait devenir une crise politique grave", a-t-elle ajouté.

"C'est donc au président de la République de prendre toutes ses responsabilités et de dire la vérité et d'en tirer toutes les conséquences", a-t-elle conclu.

Emile Picy, édité par Yves Clarisse