BFMTV

Marine Le Pen veut conquérir la Corse, nouvelle terre électorale pour le FN

Après Emmanuel Macron vendredi, Marine Le Pen, la candidate du Front national à l’élection présidentielle est en meeting à Ajaccio, en Corse ce samedi 8 avril. Si les scores du FN sont traditionnellement plus bas en Corse qu’ailleurs en France, cela ne se vérifiera peut-être pas pour les prochaines élections.

En 1992, Jean-Marie Le Pen se voyait interdire manu militari la tenue d’un meeting à Ajaccio en raison de ses déclarations hostiles aux nationalistes. Certains regrettent que l’accueil réservé à sa fille en 2017 soit aussi différent. "Le fascisme et le néo-fascisme qu’ils représentent commencent à être un peu trop présents dans la société européenne et y compris en Corse", estime un habitant d’Ajaccio. C’est là que la présidente du Front national tient un meeting ce samedi.

Elle espère bien que ce discours participera à convaincre un grand nombre des 220.000 électeurs de l’île. Et qu’ils la soutiennent ou non, ils sont beaucoup à penser qu’elle sera en tête au premier tour. "La Corse est de droite et le Pen sera devant", confie un Ajaccien. D’après un sondage Paroles de Corse-Opinion of Corsica, 29% des électeurs insulaires pourraient porter leur suffrage sur Marine Le Pen et la placer en tête au premier tour, loin devant le prétendant LR à l’Élysée, François Fillon, deuxième de ce sondage avec 21%.

Régionalisme

En Corse, la candidate FN a adapté son discours. Elle prône le régionalisme. "Elle s’est positionnée clairement en faveur du bilinguisme et de certaines mesures comme le foncier", explique Anthony Escobar Zannini, coordinateur du FNJ (Front National de la jeunesse) en Corse. Malgré tout, la candidate manque de relais. Aux dernières élections régionales de décembre 2015, le parti a plafonné à 9%, contre trois fois plus au niveau national.

"Tout nous sépare, l’idéologie, les valeurs, le rapport au monde, les conceptions. Nous sommes en opposition sur la totalité des thèses du Front national", affirme Gilles Simeoni, président du conseil exécutif de Corse et membre du parti nationaliste Inseme per a Corsica.

Marine Le Pen a toutefois un discours sur l’islam et l’immigration qui pourrait expliquer la montée du FN sur cette terre. Une montée en puissance plus palpable lors des élections nationales. En 2012, elle était venue talonner Nicolas Sarkozy, sorti en tête avec près d’un bon quart des suffrages exprimés.

Boris Courret