BFMTV

Marine Le Pen: "Sarkozy est le responsable de son échec"

Marine Le Pen était l'invitée de BFMTV et RMC, ce 22 septembre.

Marine Le Pen était l'invitée de BFMTV et RMC, ce 22 septembre. - BFMTV

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a réagi aux déclarations de Nicolas Sarkozy, sur BFMTV et RMC, ce lundi matin.

Marine Le Pen a directement répondu aux attaques formulées par Nicolas Sarkozy à son encontre lors de son interview de dimanche soir, ce lundi matin sur BFMTV et RMC. Voici l'essentiel de ses déclarations.

# La réponse: Sarkozy, seul responsable de son échec, pour Marine Le Pen

"Je pense que Nicolas Sarkozy devrait sortir un miroir et se regarder dedans. Il constaterait qui est le responsable de son échec", a lancé d'emblée Marine Le Pen.

Une réaction directe à la déclaration de l'ancien chef de l'Etat, dimanche soir, sur France 2, pointant la responsabilité de la leader du Front national dans sa défaite à la présidentielle, en 2012. "Monsieur Valls était bien content du coup de main de Madame Le Pen entre les deux tours de la présidentielle, quand elle a appelé à ne pas voter pour moi", a ainsi estimé Nicolas Sarkozy, ajoutant que Marine Le Pen "ne peut pas s'exonérer du bilan de Monsieur Hollande, elle lui a donné un sacré coup de main".

"Je rappelle que j'ai appelé à voter blanc. Pour une raison très claire, c'est que j'étais absolument convaincue que François Hollande mènerait la même politique que Nicolas Sarkozy. Tous les matins je me félicite de cette décision car la politique menée aujourd'hui est la même que celle votée hier", s'est défendue Marine Le Pen.

# Le constat: "il n'a pas changé, tant mieux"

"Il n'a pas changé, tant mieux", a par ailleurs estimé la présidente du Front national au sujet de l'ancien chef de l'Etat. "Rien n'a changé. Ni les idées, ni les manières dont il se présente". Et de détailler: "Je n'aime pas son immodestie, je n'aime pas son insincérité, je n'aime pas ses techniques de communication qui sont maintenant tellement visibles et, je pense, rejetées des Français. Ils ne veulent plus être dirigés par des communicants".

>> Plus d'informations à venir sur BFMTV.com

dossier :

Marine Le Pen

A.S.