BFMTV

Manuel Valls: "La gauche peut aujourd'hui sortir de l'histoire"

Le Premier ministre, Manuel Valls.

Le Premier ministre, Manuel Valls. - Thomas Samson-AFP

Ce mercredi sur France Inter, le Premier ministre a fait part de son inquiétude quant à la situation de la gauche en France. Une gauche "divisée", "menacée", qui pourrait "aujourd'hui sortir de l'histoire".

"La gauche peut aujourd'hui sortir de l'histoire", c'est le triste constat du Premier ministre, Manuel Valls, ce mercredi sur France Inter. 

Interrogé sur François Hollande en tant que candidat naturel de la gauche et les déclarations du patron du Parti socialiste sur une éventuelle candidature de Manuel Valls, le chef de Matignon rappelle que l'heure est grave pour son courant, il parle de "moments périlleux pour la gauche, menacée de division, de dispersion". 

Pour le Premier ministre, chacun "doit parler et agir" avec une idée en tête, "rassembler la gauche". Si la gauche "commence uniquement en disant, dans les prochains jours, qui doit être écarté ou qui doit prendre la place de qui, elle va se tromper."

La France comme boussole 

Manuel Valls est clair, "je n'ai deux idées: préserver la gauche, lui redonner force, la rassembler, et la France, c'est ma boussole". 

Si le Premier ministre est inquiet, il cherche malgré tout à se montrer rassurant et il se dit "convaincu", "contre tous les pronostics, que nous pouvons demain, à la prochaine élection, représenter une espérance". 

"Pourquoi? Parce que toutes les propositions de la droite, d'Alain Juppé, de Nicolas Sarkozy, de François Fillon ne rencontreront jamais l'adhésion des Français", a argumenté le chef du gouvernement.

Le Premier ministre veut "porter un message de fierté sur l'action qui est la nôtre depuis 2012". "Je veux défendre ce bilan, dans bien des domaines, j'en suis fier", a-t-il insisté, saluant par exemple les "90.000 chômeurs de moins depuis le début de l'année".

Marine Henriot avec AFP