BFMTV

Manuel Valls: "l'exercice du pouvoir, c'est l'intimité, le respect de la confidence"

Interrogé sur la publication du livre de confidences de François Hollande, le Premier ministre n'a pas répondu directement. Mais il a quand même fait passer quelques messages...

Manuel Valls ne mâche pas ses mots: "Ce que j'ai à dire au président de la République, je lui dis directement", a-t-il déclaré ce mercredi sur France Inter. Interrogé à propos des confidences dans le livre des journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet, Un président ne devrait pas dire ça..., Manuel Valls a préféré botter en touche et déclarer s'adresser directement au Président. "Car je pense que l'exercice du pouvoir c'est l'intimité, c'est le respect de la confidence, c'est le respect bien sûr du secret", a habillement ajouté Manuel Valls.

Afin de défendre l'image du Président, le Premier ministre mise sur sa loyauté et le scande, il ne rajoutera "de la crise" par ses "mots". 

"Plus que jamais, je suis le serviteur de l'Etat"

Quant à François Hollande en tant que candidat naturel de la gauche, Manuel Valls préfère là encore vanter sa loyauté.

"La loyauté, c'est le dévouement, le dévouement au Président, à la gauche, à la France", a expliqué le locataire de Matignon, avant d'ajouter: "Plus que jamais, je suis le serviteur de l'Etat."

Pour le Premier ministre, le choix de François Hollande pour la présidentielle 2017 n'appartient qu'à lui. "C'est une décision intime, il doit tenir compte de la situation, il doit donner un sens à ce que pourrait être sa candidature et un nouveau quinquennat". 

Ce lundi sur France Inter, le patron du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, avait estimé que Manuel Valls était celui qui avait "le plus de possibilités" pour représenter la gauche lors de la prochaine élection présidentielle.

Par ailleurs, le chef du gouvernement en a profité pour défendre le bilan du Président, "dont chacun s'accorde à dire et à penser qu'il a été digne". 

Marine Henriot