BFMTV

Livre de confidences: le ton monte entre François Hollande et Manuel Valls

C'est un rendez-vous confidentiel. Lors du dernier dîner de la majorité à l'Élysée mardi, François Hollande a recadré Manuel Valls qui avait haussé le ton, estimant que le livre de confessions du président était un suicide politique. Mais selon des informations de BFMTV, le Premier ministre ne démissionnera pas.

Comme tous les mardis soirs, François Hollande dîne avec ses fidèles à l'Élysée. Mais mardi dernier, le livre des journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme Un président ne devrait pas dire ça… vient de sortir.

Selon nos informations, ce soir-là, ce n'est pas du tout un dîner comme les autres. "L'ambiance et tendue, grave. Elle est même sinistre par moments", rapportent plusieurs sources.

Claude Bartolone boycotte le dîner

Invités à cette rencontre hebdomadaire confidentielle: une poignée de fidèles, dont Stéphane Le Foll, le porte-parole du gouvernement; Didier Guillaume, le président du groupe PS au Sénat et celui de l'Assemblée nationale, Bruno le Roux. 

Claude Bartolone, président du palais Bourbon et habitué de ces rendez-vous informels, a boycotté le dîner. Certains assurent qu'il aurait été vexé par le contenu des confessions explosives du livre. Autour de la table, la discussion est animée. Manuel Valls lui reproche cette initiative et s'en prend franchement à François Hollande. S'en suit un clash entre le président et son Premier ministre.

Il considère que ce livre ne correspond pas à l'idée qu'il se fait de l'incarnation de l'autorité de l'État et de la manière d'exercer le pouvoir. Sans compter que Manuel Valls est inquiet. Il craint que ce livre n'ait rouvert des plaies et fâché un certain nombre d'alliés issus de la majorité. 

Le Premier ministre ne démissionnera pas

"Manuel Valls explique alors au président que ce livre est inacceptable, indéfendable. François Hollande, lui, n'est pas content parce que Le Canard enchaîné cite Manuel Valls disant que ce livre est une catastrophe, et même un suicide politique", relatent nos sources. Et il se fâche un peu François Hollande, au point que certains de ses proches diront "qu'il a recadré le Premier ministre."

Pourtant, selon des informations de BFMTV, Manuel Valls ne démissionnera pas. 

"Manuel Valls se prépare au chaos"

Ce livre de confidences fait des dégâts jusque dans le cercle restreint des plus proches de François Hollande. Le Premier ministre, d'ordinaire loyal, ne prend désormais plus de gants vis-à-vis de celui dont l'avenir présidentiel semble s'être assombri.

"Entre Manuel Valls et François Hollande, il y a une sorte de guerre de mouvements qui s'est enclenchée. Pour le moment, c'est François Hollande qui en a les clés parce que institutionnellement, c'est lui le chef de l'État, c'est à lui de dire s'il veut être ou non candidat. On a bien compris que Manuel Valls, lui, se préparait au chaos."

La Zad de NDDL sera évacuée

Autre sujet de discorde: le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (NDDL), en Loire-Atlantique. Le Premier ministre a affirmé que la Zad serait évacuée cet automne. Ce n'est pas ce qu'a laissé entendre François Hollande dans son livre. Le président affirme que cette infrastructure "ne verra pas le jour". Pourtant, BFMTV apprend que Manuel Valls a reçu mercredi soir les élus socialistes de la région et leur a assuré que la Zad serait bel et bien évacuée d'ici la fin du mois de novembre. Il considère même qu'il a l'accord de François Hollande.

Le Premier ministre doit se rendre à Tours samedi en compagnie du premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. Manuel Valls visitera le centre de déradicalisation de Beaumont-en-Véron puis tiendra un meeting dans le cadre des universités de la Belle Alliance populaire. Chacun attend de voir si le Premier ministre fera profil bas ou s'il évoquera, une nouvelle fois, les dérapages de son chef.

Céline Hussonnois-Alaya avec Thierry Arnaud et Laurent Neumann