Femmes et enfants de jihadistes français: Macron souhaite un traitement "au cas par cas"

abu-dhabi
 

En marge de l'inauguration du musée du Louvre Abu Dhabi, Emmanuel Macron a accordé un entretien mercredi à France 2. Il a évoqué le sujet délicat du retour de Syrie et d'Irak des jihadistes français et la situation des terroristes français détenus par la justice irakienne. 

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Danylebelge
    Danylebelge     

    Dans les pays où ils sont partis volontairement, il n'y a pas le droit du sol pour les enfants nés là-bas. Nous pourrions aisément organiser le rassemblement familial là-bas. De toute façon, ils doivent être jugés et incarcérés sur place.
    Si ce droit n'existe pas, tous restent ensemble dans le pays de destination choisi librement.
    Si retour en France, cour martiale pour entente avec l’ennemi et acte de crime de guerre ou de complicité..
    Arrêtons de confondre tolérance et permissivité.

  • passur
    passur     

    Comme le disait si bien M. feu Desproges, ils auront le choix, chêne ou sapin

  • boulette34
    boulette34     

    Pure folie!!! La naïveté habite toujours le politique, et ça nous coûte terriblement cher en vies humaines

  • solitaire
    solitaire     

    Fuck ta décision macron !!!!! Sa reste la ou si sont.... la merde n'a pas de place ici ,même avec leurs morpion, tous sa à nos frais la je dit NON!!! Vois savez baisser les retraites de nos anciens,d'augmenter ici et la,et vous voulez que le peuple contribue à ces raclure !! Sa va profite de la caf,nourrit loger, blanchit,leurs gamins de merde aussi,vous êtes incompétent et m'imaginer même pas le retour dans la guele,notre pays et devenue bisounours,..

  • slater13
    slater13     

    Ils ont rejoint les terroristes, alors aucun retour, ni les hommes, ni les femmes, ni les enfants, ils sont irrécupérables.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ces gens ont rejoint daesh en connaissance de ses activités criminelles,ce sont des terroristes,il n'y a pas et ne doit pas avoir de cas par cas,ils doivent être jugés dans les pays ont ils étaient actifs,un point c'est tout,et ne pas commencer à pleurnicher,ce sont des assassins,combien faudra t-il encore de tragédies ? ces politiques bien protégés ainsi que leurs familles,commence à leur trouver des circonstances atténuantes .

Votre réponse
Postez un commentaire