BFMTV

Macron décrit la paix en Europe comme une "parenthèse"

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - Ludovic MARIN / POOL / AFP

Emmanuel Macron a donné une interview, diffusée ce mardi matin, à la radio, lors de laquelle il a évoqué la situation de l'Europe. Il a assuré ne pas jouer sur les peurs en traçant un parallèle entre notre temps et les années trente.

C'est à Verdun, en ce début d'une semaine consacrée au souvenir de la Première guerre mondiale, qu'Emmanuel Macron a accordé lundi soir une interview à Europe 1, un entretien diffusé ce mardi matin. Il a qualifié la paix sur le continent européen de "parenthèse inédite". Il a ensuite développé: "La paix d’Europe est précaire, elle s’est construite sur ces drames, sur cette Première guerre mondiale qui a fait dix millions de morts au total."

"L'Europe s'est faite sur l'humiliation" 

Faisant référence à la dureté du traité de Versailles et le rendant visiblement responsable du second conflit planétaire, il a enchaîné: "L’Europe s’est ensuite faite sur l’humiliation. Ça nous enseigne l’absurdité des conflits, du nationalisme belliqueux". 

"Partout en Europe, le nationalisme monte. Il prône la fermeture des frontières, le rejet de l’autre. L’Europe est de plus en plus fracturée. Des régimes autoritaires émergent à nouveau et se réarment aux marges de l’Europe", a encore lancé Emmanuel Macron. Il y a quelques jours, il se disait "frappé" par "la ressemblance" entre notre époque et les années trente. Il a maintenu ses propos et a affirmé qu'il n'était pas excessifs ou jetés à la légère. Il a pointé, selon lui, deux traits communs:

"Notre Europe est bousculée par une crise économique et financière profonde, des pays ont vécu une crise dont ils se remettent à peine, et nous voyons de nouveau des nationalismes qui jouent là-dessus."

Robin Verner