BFMTV

Macron aurait rencontré un espion chinois, selon la DGSI

Emmanuel Macron, le 21 novembre 2016.

Emmanuel Macron, le 21 novembre 2016. - Jean-Christophe Verhaegen - AFP

Emmanuel Macron s'est entretenu, vendredi à son QG de campagne, avec la famille de Shaoyao Liu, le Chinois qui a été tué par la police il y a une semaine. Mais lors de cette rencontre, il y avait également un homme qu'une note de la DGSI présente comme un agent de Pékin.

C'est une rencontre qui est passée pour le moins inaperçue alors que tous les projecteurs étaient braqués sur l'entrevue d'Emmanuel Macron avec Christian Estrosi samedi matin.

Pourtant, la veille, le candidat d'En Marche s'était entretenu, à huis clos, avec la famille d'un ressortissant chinois abattu par la police. Mais lors de cette rencontre, il y avait aussi un homme identifié comme un agent de Pékin par la DGSI, d'après les informations du Parisien.

La mèche a été vendue par des journalistes chinois

Il y a une semaine, Shaoyao Liu est mort chez lui dans le 19e arrondissement, tué par un policier de la BAC. Depuis, plusieurs rassemblements de la communauté chinoise se sont tenus afin de réclamer justice pour ce père de famille de 56 ans. Si la police évoque la légitime défense, les proches eux parlent plutôt d'une bavure policière.

L'ancien ministre de l'Economie les a donc reçus à son QG de campagne dans la plus grande discrétion. L'entretien est finalement apparu à la lumière publique parce que des journalistes chinois qui s'étaient infiltrés dans la délégation ont publié un cliché de la rencontre.

Parmi les membres d'une vingtaine d'associations qui assistaient à l'entrevue, il y avait un certain Jacques Sun, un président d'organisation qu'une note de la DGSI, révélée par Le Parisien, présente comme un agent chinois.

Une information dont l'entourage du candidat a indiqué d'être "au courant" tout en assumant la démarche puisqu'"aucune des associations présentes n'a vu un inconvénient à apparaître en présence de Jacques Sun".

Emmanuel Macron lors de cette rencontre, Jacques Sun est l'homme à sa gauche portant des lunettes
Emmanuel Macron lors de cette rencontre, Jacques Sun est l'homme à sa gauche portant des lunettes © Capture d'écran du site http://www.oushinet.com/

Jacques Sun dément catégoriquement les soupçons de la DGSI

D'après les services de renseignements français, il y aurait une influence directe de Pékin dans les manifestations parisiennes qui se sont tenues à la suite de la mort de Shaoyao Liu. 

Jacques Sun préside le CRAAF (Conseil représentatif des associations asiatiques de France). L'association dément catégoriquement les allégations de la DGSI, assurant n'être là que "pour venir en aide à une famille très choquée".

D'ailleurs, selon Le Parisien qui a joint Jacques Sun avant son départ pour la Chine, le principal intéressé rejette en bloc les velléités d'influence qui lui sont prêtées. Il se dit "totalement bénévole et apolitique" et a vivement affirmé n'avoir "jamais" été engagé politiquement auprès de Pékin.

François Fillon également concerné par ces rencontres

Le président du CRAAF n'a pas seulement rencontré Emmanuel Macron. En effet, Jacques Sun apparaît aux côtés du député Bernard Debré, au QG du candidat Républicain en mars dernier. 

Comme le révèlent plusieurs tweets, documents à l'appui, l'homme a également participé à différentes réunions avec les équipes de François Fillon. 

M.-C.M.