BFMTV

Les "sans cravate" Insoumis ne sont pas hors-la-loi (parlementaire)

-

- - Capture BFMTV - L'hémicycle, le 27 juin 2017, lors du vote pour l'élection du Président de l'Assemblée nationale.

Les députés de La France insoumise étaient présents sans cravate au sein de l'Assemblée nationale, à l'occasion de la rentrée parlementaire. Si leur tenue a fait grincer les dents certains de leurs confrères, rien n'oblige les députés à porter une cravate.

"Il y avait les sans-culottes, il y aura les sans-cravates", a annoncé Jean-Luc Mélenchon député LFI des Bouches-du-Rhône. A l'occasion du coup d'envoi de la XVème législature de la Vème République à l'Assemblée nationale mardi , les députés Insoumis entendaient bien siéger sans cravates. Ainsi, Alexis Corbière, Jean-Luc Mélenchon ou encore François Ruffin ont été aperçus en simple chemise à l'Assemblée nationale.

"Il y a des codes qu'on veut imposer. J'ai fait campagne sans cravate (...) je n'ai pas envie qu'on m'impose un code vestimentaire et tout à l'heure on va marquer le coup et le dire, d'ou vient cette réglementation qui dit qu'on doit adopter un certain code vestimentaire pour pouvoir rentrer dans un hémicycle qui représente le peuple ?", a affirmé Alexis Corbière député de Seine-Saint-Denis au micro de BFMTV.  "Nous avons envie de rester nous-mêmes", a justifié aussi Clémentine Autain.

Certains députés ont été choqués par cet entorse à la tradition comme Philippe Gosselin, de la première circonscription de la Manche.

Lavalava, col Mao et lavallière

Pourtant rien n'oblige les résidents de l'Assemblée nationale à porter la cravate. En 2008, en croyant le port obligatoire et soucieux de la chaleur de l'été parisien, François de Rugy avait demandé au Bureau de l'Assemblée nationale, de modifier le règlement pour permettre aux députés de renoncer à la cravate durant l'été. Le Bureau lui avait alors répondu le 9 juillet 2008, que les députés étaient seulement obligés "d'avoir en toute circonstance une tenue respectueuse des lieux".

"On ne va pas se laisser imposer une façon de s'habiller", avait assuré de son côté Alexis Corbière.

Mais les députés LFI ne sont pas les seuls à avoir abandonné leur cravate. Cédric Villani, député LREM de la cinquième circonscription de l'Essonne, s'est présenté arborant une de ses habituelles lavallière, tandis que le député de Polynésie Moetai Brotherson est lui en lavalava, un costume traditionnel. Dès 1985, Jack Lang alors ministre de la culture, s'était lui présenté dans l'hémicycle avec un col Mao et sans cravate.

G.D.