BFMTV

Xavier Bertrand: l'élection de Villeneuve-sur-Lot est "une claque sévère pour le PS"

Le député-maire de Saint-Quentin était l'invité de Jean-Jacques Bourdin.

Le député-maire de Saint-Quentin était l'invité de Jean-Jacques Bourdin. - -

Le député UMP était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin. Il a notamment évoqué l'élection de Villeneuve-sur-Lot, la guerre des chefs à l'UMP et la réforme des retraites.

"La meilleure façon de faire un bras d'honneur aux politiques, c'est de voter Front National", a affirmé Xavier Bertrand, ce lundi matin, commentant le premier tour de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot où l'UMP et le FN sont arrivés en tête avec respectivement 28,71 et 26,04% des voix. Le PS, qui enregistre 23,69% des suffrages, est éliminé.

Invité au micro de Jean-Jacques Bourdin, le député-maire UMP de Saint-Quentin a ajouté: "C'est une claque sévère pour le PS, c'est aussi un message très clair des électeurs qui nous disent de nous occuper de leur problèmes, de nous occuper un peu moins de nous, d'avoir des propositions concrètes."

Xavier Bertrand a également affirmé que "les électeurs qui votent FN n'ont pas forcément envie que le FN arrive au pouvoir" mais qu'il s'agissait, pour ces Français "qui se sentent trahis" de faire part de son mécontement. L'ancien ministre a insisté: "le FN a progressé parce que les déçus de la gauche votent pour lui".

Concernant l'attitude à adopter vis à vis du Front National, Xavier Bertrand a estimé qu'il ne devait y avoir "ni proximité, ni porosité" entre l'UMP et le FN même s'il a indiqué qu'en cas de second tour PS-FN à une élection, il appellerait à "voter blanc".

Stop à la guerre des chefs à l'UMP!

Interrogé sur l'ambiance à l'UMP et sur le potentiel retour de Nicolas Sarkozy aux affaires, Xavier Bertrand a rappelé que l'ex-président de la République a annoncé, au soir de sa défaite, qu'il "n'aurait plus le même engagement". "Respectons sa décision (...) ne réveillons pas une énième guerre des chefs", a demandé celui qui a d'ores et déjà annoncé sa candidature à la primaire UMP de 2016.

"Si cela arrive, il ne faudra pas s'étonner que nos électeurs nous tournent le dos", a-t-il ajouté. "La guerre des chefs, on en a soupé", rappelant tous les duels qu'a connus la droite depuis 1981. "Ca ne peut pas marcher. Pendant que vous vous regardez trop le nombril, vous ne vous intéressez aux problèmes qui se posent aux Français", a-t-il estimé.

Retraites: "Il faut du courage"

Plusieurs fois ministre du Travail, le député UMP a rappelé à l'ordre le gouvernement et le Président de la République sur le thème des retraites, demandant une réforme global et un système par points, "le même pour tous".

"Il ne faut pas de demi-mesure, pas de faux-semblant", a-t-il affirmé, rappelant qu'il avait lui-même traité le dossier en 2003 puis en 2008, au moment des précédentes réformes. "Mais cela, il faut du courage. Et d'après ce que j'ai vu hier soir du Président de la République (invité de l'émission Capital, ndlr), le courage non, le clientélisme oui", s'est-il indigné.