BFMTV

Virginie Calmels a retrouvé ses affaires dans un carton au siège de LR

Virginie Calmels en mars 2018.

Virginie Calmels en mars 2018. - Joël Saget-AFP

Limogée par Laurent Wauquiez dimanche, la vice-présidente des Républicains n'a pas pu accéder au siège du parti mardi, alors qu'elle voulait saluer son assistante.

Elle voulait saluer son assistante, mais l'accès à l'ascenseur et à son bureau lui a été refusé par le vigile. "Sur ordre de la direction", rapporte le JDD qui conte les déboires de Virginie Calmels, désormais ex-numéro deux des Républicains, mardi au siège du pari, rue de Vaugirard dans le 15e arrondissement de Paris. 

Avant cela, l'ancienne patronne d'Endemol Monde avait vu ses affaires personnelles entassées dans un carton, "tableaux compris et dessins de ses enfants compris".

L'intéressée a confirmé ces informations dans un tweet posté tard mardi soir. "Oui, tout est vrai!", a-t-elle affirmé.

"Comme dans une grande entreprise"

Mercredi sur RTL, Jean Léonetti, successeur de Virginie Calmels, a minimisé l'épisode:

"Dans le privé comme dans le public, le jour où vous quittez vos fonctions, les moyens pour assumer les fonctions disparaissent. Voilà c'est la vie !".

Devant l'Association des journalistes parlementaires, Guillaume Peltier, autre vice-président de LR, a lui aussi évoqué des "méthodes assez répandues" dans les entreprises. Même son de cloche au parti, où l'on souligne que Virginie Calmels "a perdu les attributs inhérents à la fonction", "comme dans une grande entreprise". Comme une allusion au passé professionnel de l'ancienne numéro deux du parti.

Limogée dimanche du poste de numéro deux de LR par le président du parti, Laurent Wauquiez, Virginie Calmels s'est dit lundi soir sur TF1 "soulagée" de cette décision, mais "peinée pour sa famille politique". 

D. N.