BFMTV

UMP: un congrès low cost, avant le changement de nom

Nicolas sarkozy en meeting à Rilieux-la-Pape, le 21 mai 2015

Nicolas sarkozy en meeting à Rilieux-la-Pape, le 21 mai 2015 - Jean-Philippe Ksiazek - AFP

L'UMP vit peut-être ses derniers jours. Samedi, le parti de Nicolas Sarkozy devrait faire sa mue et changer de nom, sans tambour ni trompette.

Samedi, ce sera l'heure du congrès refondateur pour l'UMP. Le parti créé en 2002 devrait alors, si la justice l'accepte, se rebaptiser "Les Républicains". Un changement majeur en vue de 2017 qui ne se fera pas en grande pompe, au vu de l'état des finances du parti.

Un coût limité

Environ 20.000 personnes sont attendues à ce congrès, porte de la Villette à Paris, dont le coût relativement modique s'élève à 500.000 euros, selon l'UMP. A l'origine, 700.000 euros avaient été budgétés. 47.000 euros ont été consacrés à l'installation d'une immense tente et d'un écran géant.

"Ce sera probablement le congrès le moins cher de l'histoire de la République", assure Frédéric Péchenard, directeur général de l'UMP au Parisien

"On a tout fait avec nos petites mains", ajoute-t-il. Tout a en effet été organisé par les collaborateurs du parti qui viendront à titre bénévole, et aucun intermédiaire n'a été sollicité pour l'organisation de cette journée. "Nos équipes ont réservé en direct la salle et les prestataires, en faisant jouer la concurrence et sans passer par un intermédiaire type Bygmalion", se félicite le député Daniel Fasquelle auprès du Figaro. Comme le précise Le Parisien, les militants n'auront pas droit à un grand déjeuner mais devront payer leur transport et leur sandwich. 10 à 15.000 bouteilles d'eau seront tout de même offertes. Les 20.000 membres pourront aussi s'offrir des petits cadeaux siglés "Les Républicains": stylos, T-shirts et autres briquets.

Sobriété et transparence devraient être les maître-mots de ce grand rendez-vous. A titre de comparaison, Le Figaro rappelle que le congrès du Bourget pour fêter la première élection de Nicolas Sarkozy à la tête du parti en 2004 avait coûté pas moins de 7 millions d'euros. 

Un discours pour lancer une machine de guerre

  • Une belle fête soit, mais pas un grand show. Dans son discours, rédigé par Henri Guaino, qui conclura le congrès vers 15 heures, Nicolas Sarkozy devrait de nouveau expliquer la nécessité selon lui de donner une nouvelle vie à un mouvement que l'ancien chef de l'Etat avait déjà dirigé entre fin 2004 et mai 2007.

Son but reste d'en faire une machine de guerre pour reconquérir l'Elysée en 2017, cinq ans après sa défaite contre François Hollande. Mais pas question pour cette fois que les discours soient lancés à grand renfort de jeux de lumière et de musique.

Une famille "unie"

Le principal parti d'opposition souhaite offrir lors de cette journée l'image "d'une famille unie pour construire ensemble l'alternance". Les principaux ténors du parti prendront la parole, notamment les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon, candidats à la primaire de 2016, tout comme Bruno Le Maire et Xavier Bertrand. "Une soixantaine de discours" en tout, croit savoir Le Parisien, et donc pas de pause-déjeuner.

Des personnalités de la société civile sont également invitées à s'exprimer, comme la navigatrice Maud Fontenoy. Le nom de Charles Pasqua a également filtré. Quant à Bernadette Chirac, elle adressera un message de soutien. La chancelière allemande Angela Merkel pourrait faire partie des responsables politiques étrangers qui enverront des tweets de soutien ou des vidéos. Les messages des militants sur les réseaux sociaux devraient aussi apparaître sur un mur, précise Le Parisien

Auparavant, les 28 et 29 mai, les adhérents seront invités à se prononcer sur les nouveaux statuts et la composition du nouveau bureau politique, qui compte pas moins de 120 membres. 

A. D.