BFMTV

UMP: Fillon présente ses propositions sur le numérique

François Fillon, le 19 mars 2015.

François Fillon, le 19 mars 2015. - Jean-François Monier - AFP

L'ancien Premier ministre, candidat à la primaire UMP en vue de la présidentielle de 2017, a présenté ce mercredi ses propositions pour le numérique, mettant notamment l'accent sur l'apprentissage de l'informatique à l'école.

François Fillon, candidat à la primaire UMP pour 2017, a présenté ce mercredi à Paris ses propositions pour le numérique, partie intégrante de son "programme complet de refondation pour la France". Ces propositions font suite à celles qu'il a déjà présentées, sur l'Europe, l'éducation, la compétitivité, la lutte contre les déficits et la dette, mais aussi l'immigration et le logement. "Il y a une dimension patriotique très forte dans ce que je propose puisqu'il s'agit d'inscrire la France dans le peloton de tête des grandes économies numériques mondiales. Ce n'est pas rien", a lancé l'ancien Premier ministre, devant les étudiants de l'Ecole de Télécoms Paris Tech, dans le 13e arrondissement de Paris. 

"Mesures de rupture" dans l'enseignement

Afin de "créer les conditions qui permettent à la France d'être un leader numérique et innovant", François Fillon préconise "des mesures de rupture", en premier lieu à l'école, parce que c'est là que "tout commence".

Il plaide pour la formation de professeurs spécialisés (instauration d'un Capes informatique), avec enseignement de l'informatique dans chaque cycle, inscription dans les programmes scolaires de rudiments de programmation, codage et algorithmique, développement de l'apprentissage vers les métiers d'avenir tels que les codeurs, dont 150.000 sont recherchés chaque année par les entreprises du numérique.

Selon lui, "il ne s'agit pas de passer au tout numérique à l'école et de se priver de l'apprentissage des humanités, mais de mixer les outils de cet apprentissage pour profiter des deux mondes auxquels ils donnent accès". 

Ainsi, dans les cinq ans à venir, "au moins 25% des manuels scolaires" devraient passer au format digital.

Les économies réalisées sur l'achat des manuels scolaires papier permettraient l'achat de contenus pédagogiques numériques, et donc de créer un marché pour les start-up du secteur.

Création d'un Haut-Commissariat à la transformation numérique

L'ancien chef de gouvernement veut également mettre "le numérique au service de la réforme de l'Etat" avec la création d'un "Haut Commissaire à la transformation numérique, rattaché directement au Premier ministre" ou encore d'un "contrat de confiance aux PME pour l'accès à la commande publique". Le candidat à la pré-présidentielle souhaite également que "tous les Français puissent avoir accès aux réseaux numériques à très haut débit (avec "extinction progressive du cuivre"). C'est une question d'équité et de justice", dit-il.

Renforcement de la sécurité des systèmes d'information

Quelques jours après la cyberattaque contre TV5 Monde par des hackers se réclamant du groupe Etat islamique, il a prévenu que "plus notre société développera les outils numériques, plus elle sera exposée aux attaques terroristes et à de nouvelles formes de délinquance".

"La parfaite maîtrise par les mouvements totalitaires islamiques des armes numériques exige un renforcement immédiat et permanent des dispositifs de défense et de sécurité des systèmes d'information", en premier lieu "au niveau européen". En conséquence, il prône "une coordination renforcée entre les Etats, les organisations régionales et le secteur privé pour prévenir et sanctionner" ce type d'attentat.

A.S. avec AFP