BFMTV

Primaire UMP: Bournazel accuse NKM de faire campagne hors délai

Le conseiller municipal du XVIIIe arrondissement, Pierre-Yves Bournazel, plus jeune candidat à la primaire UMP.

Le conseiller municipal du XVIIIe arrondissement, Pierre-Yves Bournazel, plus jeune candidat à la primaire UMP. - -

A la veille du début du vote pour la primaire UMP à Paris, Pierre-Yves Bournazel s'est plaint jeudi soir de ce que son parti a favorisé sa rivale, Nathalie Kosciusko-Morizet.

La campagne pour la primaire UMP à la mairie de Paris a beau être close, la tension entre les candidats n'est pas retombée pour autant. Jeudi soir, le conseiller de Paris Pierre-Yves Bournazel, plus jeune des quatre candidats en lice pour représenter l'UMP, a accusé la favorite Nathalie Kosciusko-Morizet de prolonger sa campagne au-delà du délai autorisé.

"Aujourd'hui même, alors que la fédération nous avait expliqué que la campagne s'arrêtait ce soir (jeudi), Nathalie Kosciusko-Morizet organise des points de rencontre (...) dans tout Paris, où son équipe va continuer sa campagne vendredi, samedi et lundi", s'est-il plaint.

"Depuis le début, on fixe les règles avec et pour NKM"

Alors que le scrutin ne s'ouvre que vendredi, il a annoncé avoir déjà saisi le conseil supérieur de la primaire. "On n'a jamais vu ça, dans une démocratie, que les jours de vote on puisse continuer la campagne et continuer à faire inscrire et voter", a-t-il tempêté.

Selon lui, dans cette campagne, les candidats n'ont jamais joui des mêmes faveurs. "J'ai l'impression que depuis le début l'on fixe avec et pour Nathalie Kosciusko-Morizet les règles de la primaire", a-t-il déclaré. Prenant des exemples: sa rivale était la seule à vouloir du vote électronique, et la seule à avoir souhaité la prolongation du 28 mai au 3 juin de la possibilité de s'inscrire sur le site de la consultation. Des doléances pourtant accordées par le parti.

"Une assistance technique"

Du côté de l'intéressée, on conteste toute entorse aux règles fixées par le conseil supérieur de la primaire. Pour la candidate, ces "points de rassemblement" sont uniquement "la possibilité d'apporter une assistance technique, parce que vous savez que la contrepartie du système sécurisé de vote, c'est qu'il est un tout petit peu sophistiqué."

"Le Conseil supérieur de la primaire nous a autorisés à distribuer le tract de la fédération. On expliquera comment voter. Ce ne seront pas des lieux de recrutement de nouveaux électeurs ou des lieux de vote", a précisé jeudi soir son entourage.


A LIRE AUSSI:

>> La candidature de NKM, nouveau point de rupture à l'UMP
>> NKM: "On est au pied du mur"

>> Bournazel: "Dans cette primaire UMP, j'ai gêné"

>> UMP: Legaret porte plainte après la diffusion d'une vidéo

>> Notre dossier: "Municipales 2014, la bataille de Paris"

M. T. avec AFP