BFMTV

Primaire à droite: les électeurs ne pourront pas être remboursés si Fillon renonce

François Fillon

François Fillon - Sébastien Bozon - AFP

Si François Fillon venait à renoncer à sa candidature, la Haute autorité pour la primaire à droite serait confrontée à un problème: le remboursement des votants. Depuis le scrutin, la quasi-totalité des fichiers des inscrits ont été détruits.

Dans la tourmente depuis quinze jours, François Fillon s'accroche. Mais pour combien de temps encore? Dans son propre camp, certains comptent encore sur un retrait, et estiment caduc le résultat de la primaire.

Un éventuel renoncement de François Fillon déclencherait un séisme politique... et financier. Car la Haute autorité pour la primaire à droite pourrait alors être confrontée à une question: celle du remboursement des votants de la somme de 2 euros, versée à chaque tour de l'élection. Un remboursement qui n'est pas obligatoire, mais qui pourrait être sollicité par une partie des électeurs. Une pétition en ligne a été ouverte le 2 février dernier à ce sujet; à ce jour, elle n'a recueilli que 78 signatures.

Or, conformément aux exigences de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), les fichiers et les cahiers d'émargement de la primaire ont été détruits, rappelle RTL, qui précise que l'opération s'est déroulée en décembre dans une déchetterie de Dunkerque en présence d'un huissier et d'Anne Levade, la présidente de la Haute autorité. Seuls 100.000 contacts ont été transmis à l'équipe de François Fillon: il s'agissait de personnes volontaires pour être recontactées ultérieurement. 

A. K.