BFMTV

Primaire à droite: Alain Juppé et Nicolas Sarkozy s’expliquent sur leurs démêlés judiciaires

Nicolas Sarkozy est mis en examen dans le cadre de l'affaire Bygmalion.

Nicolas Sarkozy est mis en examen dans le cadre de l'affaire Bygmalion. - -

Respectivement condamnés par la justice et mis en examen, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont justifié leur candidature lors du débat de la primaire de la droite, malgré leurs déboires judiciaires.

Bruno Le Maire propose dans son programme que tout candidat à une élection rende public son casier judiciaire. Si sa proposition "ne vise personne mais concerne tout le monde", a précisé le député de l’Eure lors du débat des candidat de la primaire de la droite, celle-ci aurait pu empêcher Alain Juppé de participer à l’élection présidentielle.

Le maire de Bordeaux a en effet été condamné à 14 mois de prison avec sursis dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Une condamnation sur laquelle est revenue Alain Juppé. "Je tiens mon casier judiciaire à la disposition de Bruno, il est connu" a ironisé l’ancien Premier ministre.

"La Cour d’appel a bien voulu dire que je ne m’étais rendu coupable d’aucun enrichissement personnel et que je ne devais pas être le bouc-émissaire d’une responsabilité collective (…). Aujourd’hui les Français ont la décision au bout de leur bulletin de vote. S’ils estiment que ma faute me disqualifie, ils ne m’éliront pas", a-t-il poursuivi.

Nicolas Sarkozy: "Je n'ai jamais été condamné"

Jamais condamné, mais mis en examen dans l’affaire Bygmalion, Nicolas Sarkozy a ces dernières semaines également été la cible de ses adversaires et notamment de François Fillon sur ses déboires judiciaires. "Qui imagine de Gaulle mis en examen?", avait raillé fin août l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy. "Ce ne sont pas des déclarations qui honorent ceux qui les prennent" a répliqué Nicolas Sarkozy. "Mon casier judiciaire, après 37 ans de vie politique il est vierge, je n'ai jamais été condamné (...). Est-ce que vous croyez vraiment que si j'avais quoi que ce soit à me reprocher, je me lancerais dans cette nouvelle campagne?", a-t-il ajouté. 

C. B