BFMTV

Pour Mélenchon, Fillon prépare un "coup d'Etat social"

En meeting à Bordeaux, le candidat de La France insoumise s'en est pris très violemment au candidat désigné de la droite pour la présidentielle.

Une cible : François Fillon. En meeting mardi soir à Bordeaux, Jean-Luc Mélenchon a très vivement attaqué le candidat victorieux de la primaire de la droite et du centre. En ligne de mire, les propositions de François Fillon qualifiées de véritable "guerre sociale éclair" par le co-fondateur du Parti de gauche.

"Sa politique, c'est un coup d'Etat social", a-t-il affirmé face à des militants chauffés à blanc. Plus d'un millier de personnes étaient présentes dans un théâtre bordelais alors que 600 autres ont dû rester dans la rue pour suivre à distance le discours. Jean-Luc Mélenchon s'est attardé sur la "Blitzkrieg" ("guerre-éclair"), via ordonnances, vote bloqué, 49.3, pour changer le "climat de l'économie, le climat du travail" qu'a promis François Fillon pour ses premiers mois s'il est élu président, lors d'une rencontre en mars avec des patrons, au cercle de réflexion libéral Fondation Concorde. Des extraits de cette rencontre ont même été diffusés au meeting.

"C'est une guerre sociale qu'il prépare et il l'a dit!"

"Contre qui compte-t-il faire une guerre-éclair? Puisqu'il compte faire la guerre? C'est une guerre sociale qu'il prépare et il l'a dit!", a lancé Jean-Luc Mélenchon. "Quand vous défaites toutes les lois et que vous le faites passer en force, et que vous vous en vantez (...), c'est un coup d'Etat social!".

Fin de la durée légale du travail, réforme de l'assurance-chômage, de la couverture santé, fin du CDI... le dirigeant de La France insoumise a passé en revue les mesures de François Fillon, tantôt les qualifiant de "recul jusqu'aux années 1900, avant les premières définitions de durée légale du travail". Tantôt les tournant en dérision, tel le focus de l'assurance-maladie sur la prise en charge des "affections graves et de longue durée".

J.M. avec AFP