BFMTV

Pécresse à Hidalgo: "On n'est pas écologiste parce qu'on se dit écologiste"

Invitée ce jeudi soir sur notre antenne, la présidente de la région Ile-de-France a lancé un appel au dialogue et à la concertation à Anne Hidalgo dans le dossier de la piétonisation des voies sur berge à Paris.

Sévèrement critiquée par Anne Hidalgo ce vendredi matin, Valérie Pécresse réplique. Accusée par la maire de Paris de se mêler des affaires de la capitale en proposant un nouveau plan pour réduire la pollution dans le secteur des voies sur berge, la présidente de la région Ile-de-France a rétorqué qu'elle exerçait "pleinement et sereinement (sa) compétence".

"Le code des transports est bien fait et il prévoit que les villes de la région Ile-de-France, lorsqu'elles prennent des mesures de restriction de la circulation, que toutes ces mesures soient conformes au plan de déplacement urbain de l'Ile-de-France qui est évidement fait par la région. La région a compétence pour toute circulation automobile sur le périmètre régional", a répondu Valérie Pécresse sur notre antenne.

La fondatrice du mouvement Libres a également lancé un appel au "dialogue" à Anne Hidalgo. "Il faut comprendre qu'on n'est pas écologiste parce qu'on se dit écologiste. On est écologiste parce qu'on accepte le débat, la concertation le dialogue. [...]La vraie écologie c'est d'organiser la possibilité pour les banlieusards de poser leurs voitures quelque part", a-t-elle indiqué, assurant que sa "main est tendue".

"La pollution de l'air ne connaît pas la frontière du périphérique"

Et Valérie Pécresse de préciser que "la pollution de l'air, pour la faire vraiment baisser, il faut prendre des mesures cohérentes". "Elle ne connaît pas la frontière du périphérique. Et moi, mon objectif, c'est de faire baisser la pollution de l'air partout et pas de la déplacer chez le voisin", a-t-elle encore lancé, faisant référence à l'annulation par le tribunal administratif de Paris de la fermeture des voies sur berge à la circulation.

Cette mesure mise en place par Anne Hidalgo est jugée "unilatérale et brutale" par Valérie Pécresse, qui lui reproche d'être à l'origine de nouveaux embouteillages.

"Ma porte est ouverte. Je propose des mesures concrètes, des propositions. Mes propositions ne sont pas les bonnes? Alors parlons-en, mais pas par radios interposées, pas par télévisions interposées", a-t-elle martelé.

dossier :

Anne Hidalgo

Paul Louis