BFMTV

Voies sur berge: Anne Hidalgo signe un nouvel arrêté de piétonnisation

Anne Hidalgo, la maire de Paris.

Anne Hidalgo, la maire de Paris. - Christophe Petit Tesson / POOL / AFP

Anne Hidalgo a annoncé ce jeudi avoir pris un nouvel arrêté de piétonnisation des voies sur berge. Le mois dernier, le précédent texte avait été annulé par le tribunal administratif.

L'interdiction de circuler sur les voies sur berge est maintenue. Ce jeudi sur France Inter, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé avoir signé un nouvel arrêté maintenant la piétonnisation de la voie Georges-Pompidou, rive droite.

"J'ai pris un nouvel arrêté en concertation avec l'Etat et le préfet de police pour pouvoir maintenir les berges piétonnes", explique la maire de Paris.

Cette décision intervient après l'annulation par le tribunal administratif de Paris le 21 février dernier, du précédent arrêté qui avait fermé à la circulation les berges depuis septembre 2016. Le tribunal avait notamment estimé que l'arrêté de piétonnisation n'était pas basé sur le bon fondement juridique.

Un nouvel arrêté basé sur la défense du patrimoine

Depuis deux semaines, les juristes de la mairie de Paris planchaient donc sur un nouveau texte. Ce jeudi, la maire de Paris assure avoir pris le nouvel arrêté "en tenant compte de ce qu'a dit le tribunal".

"Le tribunal nous disait qu'il aurait fallu viser un autre texte que celui que nous avions visé et notamment des textes en rapport avec l'attractivité touristique, la qualité de vie des habitants, donc c'est ce que j'ai fait", ajoute la maire de Paris. 

La nouvel arrêté ne fait plus référence à l'objectif de réduction de la pollution mais à "la protection du patrimoine" et "l'intérêt touristique majeur des berges de Seine". 

En parallèle, la mairie de Paris a fait appel de la décision du tribunal administratif. "On verra quelles sont les décisions ultérieures du tribunal", a poursuivi Anne Hidalgo, reconnaissant la possibilité d'un retour à la circulation automobile sur les berge si la justice l'ordonne.

La maire de Paris a par ailleurs balayé la proposition de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France qui suggérait un scénario alternatif, avec une piétonnisation progressive d'ici 2021. "Le plan proposé par Madame Pécresse, c'est de remettre des voitures sur les voies sur berge en disant on peut laisser une file pour les piétons et une file pour les voitures", estime Anne Hidalgo, jugeant la proposition "totalement inopérante et irréaliste". 

Plus d'un Parisien sur deux favorable à la piétonnisation

Déterminée, la maire de Paris s'est réjouie du résultat d'un sondage Ipsos commandé par la municipalité concluant à un soutien de 55% des Parisiens sur la piétonnisation des voies sur berge. Dans ce même sondage, 66% des Parisiens interrogés se sont également dit favorables à la politique de réduction de la place de la voiture dans Paris. 

Une manifestation pour le maintien de la piétonnisation des voies sur berge est organisée ce samedi. 

dossier :

Anne Hidalgo

C. B