BFMTV

Ordonnances: pour Bertrand, Hollande "n'assume pas ses choix"

Xavier Bertrand, député UMP de l'Aisne, ancien ministre sous Nicolas Sarkozy, était l'invité d'Olivier Mazerolle pour l'émission BFM Politique, ce dimanche 17 mars.

Xavier Bertrand, député UMP de l'Aisne, ancien ministre sous Nicolas Sarkozy, était l'invité d'Olivier Mazerolle pour l'émission BFM Politique, ce dimanche 17 mars. - -

Xavier Bertrand, député UMP de l'Aisne, a déclaré dimanche dans l'émission BFM politique que "le président de la République n'assume pas le tournant des ordonnances".

Xavier Bertrand, député UMP de l'Aisne, a écharpé François Hollande en termes assez vifs, dimanche sur BFMTV/RMC/Le Point, à propos d'un possible recours aux "ordonnances" pour accélérer certaines réformes. "Ce qui est en plus intéressant", observe Xavier Bertrand, est "que le président de la République qui était en province pour faire une 'tournée que je ne sais pas trop comment qualifier', ne l'a même pas dit lui-même".

Précisant encore sa pensée, il continue: "Il (le président) n'a même pas assumé ce tournant des ordonnances. On l'apprend par la bande, on a un président de la République qui n'assume ses choix". L'ancien ministre reproche au président ne pas dire clairement aux Français "en les regardant": "Voilà, j'ai fait ce choix des ordonnances."

"Un réveil brutal, mais tardif" de Hollande, selon Bertrand

Soulignant une supposée inconstance de François Hollande, le député a encore expliqué: "Lui, qui a pris son temps depuis maintenant neuf à dix mois, les commissions, les concertations les tables rondes… maintenant il se réveille. Alors son réveil est brutal, mais il est tardif."

Pour Xavier Bertrand le président se trompe encore dans l'ordre des priorités. "Si vraiment il doit prendre des mesures d'urgence", il devrait le faire "sur l'emploi évidemment, avant la question de l'urbanisme commercial", fait-il remarquer.

Enfin, Xavier Bertrand rappelle, tout en faisant mine de s'en défendre, l'opinion passée de l'actuel président sur le recours aux ordonnances. "Je n'aurais pas la cruauté de vous rappeler ce qu'il disait quand il était premier secrétaire (NDR: du Parti socialiste) en 2005, sur le recours aux ordonnances", observe encore l'ancien ministre.


À LIRE AUSSI:

>> François Hollande envisage de légiférer par ordonnances pour accélérer les réformes

>> Quand Hollande trouvait "détestable" de légiférer par ordonnances

D. N. et Olivier Mazerolle