BFMTV

Nuit Debout, "des gens qui n'ont rien dans le cerveau", selon Sarkozy

BFMTV
Le président des Républicains Nicolas Sarkozy a stigmatisé mardi à Nice lors d'une réunion publique les participants aux Nuit Debout, "des gens qui n'ont rien dans le cerveau et qui viennent (...) donner des leçons".

"Je n'ai rien perdu de ma passion, je n'ai perdu de mon énergie", a prévenu mardi Nicolas Sarkozy à Nice. S'il n'est toujours pas candidat à quoi que ce soit, son discours avait pourtant des airs de campagne présidentielle.

Le patron de Les Républicains a tapé notamment sur les syndicats, les lycéens "manipulés" et "une école où on ne respecte plus rien". "Nous ne pouvons accepter que des gens qui n'ont rien dans le cerveau viennent sur la place de la République donner des leçons à la démocratie française", a-t-il tonné en direction de Nuit debout.

"Tous les soirs des casseurs occupent la place de la République, qu'est-ce que ce serait si c'était pas l'état d'urgence?", a raillé également l'ancien chef de l'Etat.

La réunion électorale en plein air s'est déroulée avec en fond sonore un concert de casseroles organisé par des militants locaux du mouvement Nuit Debout, massés à l'extérieur du jardin public où s'exprimait Nicolas Sarkozy.

Toujours distancé dans les sondages par Alain Juppé, Nicolas Sarkozy semble accélérer. Il se déplace pour 48 heures dans le Sud de la France, une place forte du parti. L’occasion pour l’ex Chef de l’Etat d’aller à la rencontre des militants de son mouvement mais aussi de s’assurer le soutien des élus locaux dans la perspective de la collecte des parrainages.

Il a d'ailleurs précisé: "Les candidatures c'est le 9 septembre. Croyez-moi j'ai pas l'habitude d'être en retard!", a-t-il poursuivi lors de ce déplacement en soutien à Marine Brenier, qui se présente les 22 et 29 mai à une législative partielle dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes, après la démission de Christian Estrosi, maire LR de Nice et président de la région Paca.

Nicolas Sarkozy a promis que son parti présenterait d'ici juin un "projet fort" en vue de 2017, expliquant qu'il fallait "refonder l'Europe" et "baisser les impôts".

Comment il se prépare pour 2017

Son site et son agenda ne laissent guère planer le doute sur ses ambitions. Le dimanche soir, il réunit à son domicile parisien sa garde rapprochée de 2012 pour évoquer sa stratégie. Le lundi matin, il réunit au siège du parti des parlementaires tels qu’Eric Woerth, en charge du projet et son fidèle conseiller politique, Brice Hortefeux.

Il devrait aussi multiplier les déplacements dans les semaines à venir.

K. L. avec Pauline De Saint Remy