BFMTV

Nicolas Sarkozy reçoit la Manif pour Tous pour discuter de la loi Taubira

Nicolas Sarkozy avait déjà reçu les dirigeants de la Manif pour tous à deux reprises.

Nicolas Sarkozy avait déjà reçu les dirigeants de la Manif pour tous à deux reprises. - Eric Feferberg - AFP

Si l'ex-président de la République n'a "pas pris d'engagement ferme" concernant la loi Taubira légalisant le mariage homosexuel, Nicolas Sarkozy a déjà annoncé qu'il souhaitait "réécrire" le texte.

Plus de deux ans après la promulgation de la loi Taubira, les dirigeants de la Manif pour tous continuent leur combat. Nicolas Sarkozy, qui a déjà annoncé vouloir "réécrire de fond en comble" la loi sur le mariage homosexuel, leur a prêté une oreille attentive.

"Nous avons eu un long rendez-vous avec Nicolas Sarkozy. Nous l'avions déjà vu deux fois, la dernière fois il y a un an", a confirmé auprès de l'AFP la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère.

"Il nous a parlé de sa volonté de réécrire la loi Taubira sans être plus précis. A ce jour, il n'a pas pris d'engagement ferme. Il rassemble, consulte avant de s'exprimer plus précisément", a-t-elle ajouté. "Ça ne me choque pas qu'il travaille avec tout le monde avant de prendre position. Nous espérons qu'il confirmera les engagements qu'il a pris".

Les deux dirigeants cherchent également à rencontrer le PS et le FN

La présidente de la Manif pour tous était accompagnée d'Albéric Dumont, vice-président du mouvement, lors de ce rendez-vous. Les deux responsables ont rencontré M. Sarkozy au siège de l'UMP, à Paris. Les dirigeants de la Manif pour tous ont aussi rencontré d'autres responsables de la droite ces derniers mois comme l'ancien Premier ministre UMP François Fillon, le député UMP Bruno Le Maire ou le maire de Neuilly (Hauts-de-Seine) UDI, Jean-Christophe Fromantin.

Ils vont demander à rencontrer l'ancien Premier ministre UMP Alain Juppé et, "s'ils sont d'accord", des responsables de gauche, a indiqué Ludovine de la Rochère. Ils doivent aussi rencontrer des dirigeants du Front national.

J.S avec AFP