BFMTV

Nicolas Sarkozy et son festival de blagues à Bruxelles

Nicolas Sarkozy lors de son discours avant de remettre la Légion d'honneur au ministre belge Didier Reynders, le 27 mars 2013 à Bruxelles

Nicolas Sarkozy lors de son discours avant de remettre la Légion d'honneur au ministre belge Didier Reynders, le 27 mars 2013 à Bruxelles - -

L'ancien président français Nicolas Sarkozy a remis la Légion d'honneur au ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, dont il est proche. Et en a profité pour amuser l'assistance et égratigner François Hollande.

Décontraction et petite pique à François Hollande à distance... Nicolas Sarkozy était à Bruxelles, mercredi, pour remettre la Légion d'honneur au ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, dont il est proche.

Barbe de trois jours, costume sombre et sourire permanent, pour ce premier déplacement depuis sa mise en examen dans l'affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy s'est montré particulièrement décontracté, multipliant les plaisanteries à l'adresse de son audience, des personnalités triées sur le volet et invitées par Didier Reynders.

"Une matinée tranquille à Bruxelles, a débuté l'ancien président français sous les rires de l'assistance. Je savais que tu étais populaire Didier, mais à ce point-là..."

"Je ne vais pas m'installer à Bruxelles"

Et de poursuivre, sur le même ton. "Je suis simplement heureux d'être aujourd'hui aux côtés de Didier, à vos côtés, ici à Bruxelles. Je précise tout de même que je n'ai pas vocation à m'y installer... Je suis juste de passage, profitant de l'invitation d'un ami.... Je repartirai ce soir", a plaisanté Nicolas Sarkozy sous les ors du Palais d'Egmont, résidence du ministère belge des Affaires étrangères dans le centre de Bruxelles.

Les journalistes français "interdits"

Cette "cérémonie privée", qui s'est tenue vers 12h, devait être couverte uniquement par la presse belge... les journalistes français ayant été "interdits" de présence, rapportent plusieurs confrères dont le journaliste de France 2 François Beaudonnet sur Twitter.

Comme les journalistes français ne sont pas les bienvenus, nous comptons sur nos confrères belges pour poser LA question #Sarkozy #Bruxelles
— François Beaudonnet (@beaudonnet) March 27, 2013

La retransmission en direct de la cérémonie sur le site de la RTBF a toutefois permis de découvrir les images depuis la France.

"Il est des moments dans la vie où on est heureux de se retrouver au milieu de gens qu'on aime, auprès de sa famille, a également affirmé Nicolas Sarkozy. Car les amis belges sont des cousins avec lesquels nous partageons la même langue, la même histoire et depuis la signature du traité de Rome, du même avenir."

Citant un proverbe de Liège, la ville natale de Didier Reynders, Nicolas Sarkozy a poursuivi: "Faites comme à Liège, laissez pleuvoir". "Je me demande parfois si je ne suis pas un peu de Liège. Je laisse pleuvoir. Il ne sert à rien de maudire la pluie car elle finit toujours par laisser la place au soleil", a-t-il dit, souriant.

La Légion d'honneur avait été décernée à Didier Reynders avant l'élection présidentielle de 2012, perdue par Nicolas Sarkozy, mais sa remise officielle n'a pu être faite que ce mercredi.

Une référence à la taxe à 75% de François Hollande

Puis, devant une audience conquise, Nicolas Sarkozy a énuméré une succession de "bonnes décisions" prises par son ami en matière d'économie, qu ia occupé le poste de ministre des Finances sans disontunuer entre 1999 et 2011. "Tu as allégé les taxes heures supplémentaires, tu as supprimé un impôt sur les hauts revenus considéré comme confiscatoire à 52%...", a poursuivi Nicolas Sarkozy, laissant traîner un silence pour recueillir quelques rires et ménager son effet. "Je précise que je ne parle que de la Belgique."

Enfin, Nicolas Sarkozy a remercié Didier Reynders, saluant son "humilité" et les qualités qui ont permis, selon lui, à la Belgique et à l'Europe de traverser la crise de 2008. "La confiance dans un couple, dans une famille dans une économie dans un pays, chose la plus longue à construire et la plus facile à perdre, a enfin lancé Nicolas Sarkozy à la fin du vibrant hommage à son ami. Didier Reynders a évité le pire à l'Europe et à la Belgique."

"Prenez ces quelques mots comme une déclaration d'amitié à cette Belgique si proche du coeur et dont nous avons besoin. Quand on est ensemble, on est plus fort que quand on est divisé", a-t-il conclu sous des applaudissements nourris avant d'épingler l'insigne de la Légion d'honneur à la veste du ministre belge.