BFMTV

Le retour de Sarkozy, un "feuilleton qui va durer des mois" selon Fillon

L'ancien Premier ministre François Fillon

L'ancien Premier ministre François Fillon - -

L'ancien Premier ministre réagit aux déclaration de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, qui a évoqué son retour en politique, s'il était "obligé d'y aller", "pour la France".

"C'est le feuilleton qui va occuper tous les commentateurs politiques pendant des semaines et des mois", a dit mercredi François Fillon au sujet des récentes déclaration de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, évoquant son retour en politique. "La seule chose qui compte c'est qu'on ait un projet politique. On verra [en 2017, NDLR] qui est le mieux à même de tenir ce projet politique", a estimé l'ancien Premier ministre, lui-même candidat à la primaire UMP pour la présidentielle de 2017, ajoutant "rencontrer Nicolas Sarkozy très régulièrement". "J'ai beaucoup d'estime et d'amitié pour lui".

Mais "quand on perd les élections, on est à nouveau tous sur la même ligne [de départ, NDLR], avec l'obligation de repenser notre projet. On va pas dire aux Français 'on revient avec le même projet que celui qui nous a fait perdre'", a-t-il encore dit. "C'est pas un casting, le sujet, aujourd'hui !"

"Celui qui sera le mieux à même de porter ce projet, naturellement c'est celui qu'il faudra choisi", a-t-il estimé, expliquant être en train "de tout faire pour être candidat aux primaires 2016".

"Pour la France"

Près de dix mois après avoir cédé les rênes du pouvoir à François Hollande lors de l'élection présidentielle qu'il a perdue le 6 mai dernier, Nicolas Sarkozy a évoqué mercredi son retour en politique.

"Il y aura malheureusement un moment où la question ne sera plus : 'avez-vous envie?' mais 'aurez-vous le choix?' [...] Dans ce cas, je ne pourrai pas continuer à me dire: je suis heureux, j'emmène ma fille à l'école, et je fais des conférences partout dans le monde. Dans ce cas, effectivement, je serai obligé d'y aller. Pas par envie. Par devoir. Uniquement parce qu'il s'agit de la France", a déclaré Nicolas Sarkozy, selon l'hebdomadaire de droite Valeurs actuelles qui paraît jeudi.

Fin février, François Fillon a annoncé renoncer se présenter à la mairie de Paris en 2014, pour mieux préparer sa candidature à la présidentielle de 2017.

À lire aussi :

>> Nicolas Sarkozy évoque son retour en politique
>> Nicolas Sarkozy "ne tire aucun plan sur la comète", selon Isabelle Balkany