BFMTV

Juppé prend ses distances avec Sarkozy sur la Russie

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé - AFP

Alain Juppé a publié jeudi une note de blog dans laquelle il fait allusion à la visite de Nicolas Sarkozy à Moscou.

L'art de parler de la visite de Nicolas Sarkozy à Moscou, sans jamais citer le nom de l'intéressé. Alain Juppé a exhorté jeudi sur son blog à parler "franchement" à "ce partenaire incontournable" qu'est la Russie sans citer le nom une seule fois de Nicolas Sarkozy pourtant est en visite à Moscou au même moment. Estimant que la Russie est "un partenaire incontournable", le maire de Bordeaux explique, dans une note intitulée "Voir Poutine et après?", qu'il faut "parler avec Poutine".

"Mais pour quoi lui dire? 'Allez-y, continuez, nous vous suivons' ou bien 'Attention! Nous avons nos propres lignes'", a interrogé l'ex-Premier ministre.

"Entre partenaires, il faut se parler franchement", écrit-il. Au titre de ce qu'il faut dire, selon lui, à la Russie, Alain Juppé désapprouve "l'annexion d'un territoire, soit-il d'histoire et de langue russes (la Crimée, ndlr), au mépris de toutes les règles du droit international". Il exige notamment que l'accord de Minsk soit "strictement appliqué".

La mise en garde

"S'agissant du Proche-Orient, comme nous avons été partie prenante à l'accord avec l'Iran, nous voulons être partie prenante d'un accord sur la Syrie qui ne pourra pérenniser la présence de Bachar (Al-Assad) au pouvoir, sauf à rendre la réconciliation nationale impossible", écrit-il encore. Sur cette question, Alain Juppé est en phase avec François Hollande mais en désaccord avec Nicolas Sarkozy.

Avant d'achever son court billet par une mise en garde:

"Et surtout évitons entre nous les leçons de gaullisme revisité! Personne ne peut dire ce que De Gaulle aurait fait dans les circonstances actuelles. La seule certitude, c'est que la France ne se serait mise ni dans la roue des Américains, ni dans celle des Russes. Elle aurait eu sa ligne." 
S.A. avec AFP