BFMTV

Grèce: "L'appel de Sarkozy n'est pas resté lettre morte'", selon Woerth

L'ancien ministre UMP estime que Nicolas Sarkozy a été entendu dans les négociations pour la Grèce.

Eric Woerth en est sûr: si un accord a été trouvé par les dirigeants européens pour maintenir la Grèce dans la zone euro, Nicolas Sarkozy n'y est pas pour rien. Sur BFMTV, l'ancien ministre du Budget chargé du projet présidentiel des Républicains, estime que le patron de son parti a été écouté. "Visiblement, l'appel de Nicolas Sarkozy n'est pas resté lettre morte, puisqu'il y a eu des propositions allemandes acceptées par la France", explique-t-il.

Une référence à la pique du président des Républicains, qui avait invité dimanche François Hollande à "se ressaisir" dans le dossier grec pour "reconstituer une unité avec la chancelière allemande Merkel". Il avait également jugé "préférable" d'arriver à un compromis.

Action, réaction? "Tous les appels sont importants, et celui d'un ancien président de la République est important", poursuit Eric Woerth.

Twitter s'en donne à coeur joie

Une analyse qui a visiblement amusé Thierry Mandon. Le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur estime qu'il mérite le "prix de l'humour politique".

L'écologiste François de Rugy rappelle de son côté "les positions zigzaguantes de Nicolas Sarkozy, François Fillon ou encore Alain Juppé" dans le dossier grec.

Il aura fallu quelques minutes pour que le mot-clé #cestunpeugraceaSarkozy arrive en deuxième position sur Twitter en France. Et donne des tweets parfois savoureux.

A. K.