BFMTV

François Fillon n'a "jamais émis la moindre réserve" sur l'IVG

François Fillon invité de BFMTV le 22 novembre

François Fillon invité de BFMTV le 22 novembre - BFMTV

François Fillon était ce mardi l'invité de BFMTV. Le candidat arrivé en tête au premier tour de la primaire à droite est revenu sur les propos de son rival Alain Juppé, qui l'appelait à "clarifier" sa position sur l'avortement. François Fillon s'est dit "en colère" après les propos du maire de Bordeaux, assurant que s'il avait été parlementaire lors du vote de la loi Veil, "je l'aurais voté".

"Il y a une chose que je n'ai pas acceptée, c'est une attaque absolument scandaleuse sur la question de l'interruption de grossesse. Alain Juppé me connaît, on est ami, je n'ai d'ailleurs jamais eu une parole désagréable pour lui. Je portais des jugements sur son programme (...). J'ai toujours été très correct avec Alain Juppé, je crois même l'avoir défendu quand certains l'attaquaient sur son passé, sur les questions judiciaires. Et donc entendre Alain Juppé expliquer que François Fillon voulait supprimer l'interruption de grossesse, ça m'a vraiment mis en colère. Vraiment."

"La différence entre ma foi et le bien public"

Si en juin dernier, François Fillon avait émis des réserves sur l'IVG lors d'une réunion publique dans les Yvelines, le candidat a assuré ce mardi qu'il savait "faire la différence entre mes positions personnelles, ma foi, et le bien public". "J'ai toujours considéré que la religion n'avait pas à guider la vie de la République, je suis pour une République laïque", a-t-il ajouté.

"J'ai redit encore récemment que, naturellement, personne ne reviendrait sur cette interruption de grossesse", a-t-il indiqué, assurant que c'était un "droit" et que lorsqu'il était Premier ministre il n'avait jamais émis "la moindre réserve".

Céline Hussonnois-Alaya