BFMTV

Fillon y croit plus que jamais: "entre Juppé et moi, l'écart se réduit"

François Fillon à l'Assemblée nationale le 20 octobre 2015.

François Fillon à l'Assemblée nationale le 20 octobre 2015. - Jacques Demarthon - AFP

Galvanisé par le succès de son livre, l'ancien Premier ministre se sent pousser des ailes, à un an de la primaire à droite.

Il en est sûr, les choses progressent. François Fillon croit dur comme fer à un succès futur à la primaire 2016, et tant pis si les sondages le créditent de 8% des voix, loin derrière Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. D'ailleurs, les sondages pour la primaire "ne veulent rien dire", selon l'ancien Premier ministre qui leur préfère les études d'opinion.

La synthèse de différentes études montrerait d'ailleurs que "l'écart se réduit" avec Alain Juppé, affirme-t-il dans Le Parisien. Et de citer pour preuve le dernier baromètre Ipsos-Le Point où François Fillon et Alain Juppé sont respectivement à 64 et 66% chez les sympathisants des Républicains, devant Nicolas Sarkozy à 62%.

"Aucune critique négative"

Autre preuve que les choses vont bien: Faire, l'ouvrage de François Fillon, s'est vendu à 46.000 exemplaires selon l'institut GFK cité par le quotidien. Un bon chiffre qui satisfait l'ancien Premier ministre, et permet de faire oublier les erreurs de communication consécutives à la sortie du livre. On se souvient ainsi des premiers chiffres des ventes publiés, en décalage par rapport à la réalité, ou encore de ce SMS envoyé par un collaborateur de François Fillon aux militants, leur demandant de laisser le plus de commentaires positifs possibles.

Désormais, le candidat à la primaire assure ne recevoir "aucune critique négative" lors de ses dédicaces et réunions publiques. Pour preuve de sa volonté de voir plus grand, François Fillon déménage son équipe de campagne, direction le boulevard Saint-Germain, près de l'Assemblée, dans des bureaux "deux fois plus grands". "On aurait tort de m'enterrer trop vite", glisse-t-il.

Pourtant, d'ici novembre 2016 rien n'est joué. Et même si l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy ne croit pas aux sondages sur la primaire, les études s'enchaînent. Dernier en date, celui de BVA: Nicolas Sarkozy l'emporterait avec 52% des voix, contre 48 pour Alain Juppé. François Fillon lui n'arriverait qu'en quatrième position derrière Bruno Le Maire, avec seulement 8%.

A. K.