BFMTV

Exil de Depardieu : "regrettable" pour Copé

Gérard Depardieu, acteur français

Gérard Depardieu, acteur français - -

Plusieurs personnalités politiques se sont exprimées suite à la décision de Gérard Depardieu d'établir sa résidence en Belgique.

L'installation de Gérard Depardieu dans la bucolique ville de Néchin en Belgique fait grincer des dents plusieurs responsable politiques, de gauche comme de droite.

Jean-François Copé, entre deux discussions avec François Fillon, a expliqué qu'il trouvait cela "regrettable".

"Je n'ai pas de jugement à porter, mais je le regrette bien sûr. Et c'est désolant pour notre pays et pour son image. Il n'y a pas d'exemple de délocalisation de grands entrepreneurs ou de grandes stars en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Belgique ou en Italie", déplore le président de l'UMP. "Je souhaite une politique fiscale progressive, que quand on est riche, on paie beaucoup d'impôts mais que l'on reste comparable aux pays d'Europe. Sinon ce sera des délocalisations de fortune en permanence au détriment de ceux qui restent, les classes moyennes".

Bertrand Delanoë s’est, quant à lui, déclaré "triste, parce que c'est un grand acteur, quelqu'un que je connais, que j'aime beaucoup. Il a une générosité, et là il ne le montre pas", a regretté le maire socialiste de Paris.

Du coté de l'UDI, la vice-présidente du parti et sénatrice de Paris Chantal Jouanno, a estimé que "le vrai sujet derrière tout cela c'est l'harmonisation fiscale européenne".

"On ne peut pas profiter du beurre et de l'argent du beurre"

Chez les extrêmes, les réactions étaient encore plus virulentes. Marine Le Pen a ainsi fustigé "la différence aujourd'hui en France entre ceux qui peuvent partir et ceux qui ne peuvent pas. Toutes ces personnes en général reviennent en courant dès qu'ils ont un problème de santé et profite de la sécurité sociale française. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre", s'insurge la présidente du FN.

De l'autre coté de l'échiquier politique, Nathalie Arthaud a trouvé cela simplement "assez honteux".

"Le pauvre ! Il possède des vignes par-ci, des hôtels par-là... et il est embêté parce qu'il paie un peu d'impôts ?", ironise la porte-parole de Lutte Ouvrière. "Cela ne me choque pas, quand on gagne plusieurs millions par an d'en laisser aux impôts. Le travailleur, le smicard, le chômeur, il en paie des impôts et lui ne peut pas y échapper, c'est la TVA et ça prend beaucoup sur son budget. Il faut une politique de lutte contre l'évasion fiscale et obliger les riches à payer leur dû".