BFMTV

Copé sur les déclarations de patrimoine: "ce n'est pas de la transparence, c'est du voyeurisme"

Le président de l'UMP Jean-François Copé, le 15 avril 2013 sur BFMTV

Le président de l'UMP Jean-François Copé, le 15 avril 2013 sur BFMTV - -

Jean-François Copé était l'invité de BFMTV/RMC, lundi matin. Refusant de nouveau de dévoiler son propre patrimoine, le président de l'UMP a dénoncé "un écran de fumée destiné à faire oublier l'affaire Cahuzac".

En ce jour de transparence à marche forcée du gouvernement, avec la publication du patrimoine de tous les ministres dans la journée, Jean-François Copé a une nouvelle fois pris ses distances avec le procédé.

"Un écran de fumée"

"Il s'agit d'un écran de fumée inventé par François Hollande destiné à faire oublier l'affaire Cahuzac", a-t-il déploré lundi matin sur BFMTV. "Ce n'est pas de la transparence, c'est du voyeurisme", a encore fustigé le président de l'UMP pour justifier son refus de publier son propre patrimoine, alors que d'autres dans son camp s'y sont prêtés, à l'instar de François Fillon.

"Une fois passée l'excitation du moment pour savoir quel est le patrimoine d'un ministre, je pense que les Français attendent surtout de s'assurer que les ministres respectent les lois et qu'il n'y a pas d'enrichissement illégal", a-t-il assuré, estimant que la véritable transparence relevait des organismes de contrôles et non de la publication des déclarations de patrimoine.

"C'est quoi les conséquences de tout ça?"

"Ce voyeurisme va forcément créer des tensions", a encore estimé Jean-François Copé, invoquant des "risques pour la sécurité" des personnes concernées. "C'est quoi la vie quotidienne d'un enfant dont le parent aura publié son patrimoine? C'est quoi les conséquences de tout ça?", s'est-il indigné sur BFMTV.

"Je veillerai à ce que dans cette loi, les outils de contrôles puissent être renforcés", a-t-il promis, tout en refusant de dévoiler son patrimoine. Et de s'en prendre au chef de l'Etat qui, selon lui, fait de nouveau fausse route. "Je préfèrerais que François Hollande arrête de jeter l'opprobre sur l'ensemble des élus quand il ferait mieux de changer sa politique économique".

"Non, je n'ai pas de compte à l'étranger"

Interrogé sur la pertinence d'une amnistie pour les Français qui possèdent un compte à l'étranger, Jean-François Copé s'est montré dubitatif. "Je crois que les esprits ne sont pas prêts à cela", a-t-il estimé. Et de démentir avec véhémence les rumeurs au sujet d'un supposé compte offshore le concernant. "Non, je n'ai pas de compte à l'étranger!", a-t-il martelé.


A LIRE AUSSI:

>> Fillon fait sa déclaration de patrimoine sur France 2

>> Qui a déclaré quoi? Notre infographie

>> Patrimoine: les pépites des déclarations des élus

>> Patrimoine, fraude fiscale, conflits d'intérêt: les pistes de Hollande pour moraliser la vie politique

Sandrine Cochard