BFMTV
Les Républicains

Convention sur l'islam: première polémique pour Les Républicains

Geoffroy Didier était opposé au caricaturiste Joan Sfar, ce mercredi soir, sur le plateau de BFMTV, et se sont écharpés sur la journée de travail sur l'islam, organisé ce jeudi par Les Républicains.

Geoffroy Didier était opposé au caricaturiste Joan Sfar, ce mercredi soir, sur le plateau de BFMTV, et se sont écharpés sur la journée de travail sur l'islam, organisé ce jeudi par Les Républicains. - BFMTV

Les Républicains, pour leur première réunion de travail, vont disserter ce jeudi sur l'islam. "Une journée de travail" très mal perçue, au sein même de la nouvelle formation. Sur notre antenne, le caricaturiste Joann Sfar et le conseiller national du parti, Geoffrey Didier, ont âprement débattu sur la question.

A peine nés, Les Républicains s'offrent (déjà) une polémique. La nouvelle formation présidée par Nicolas Sarkozy, que l'on connaissait avant sous le nom de l'UMP, organise ce jeudi une journée de travail sur l'islam. Un intitulé qui ne fait pas que des heureux, au sein même des rangs du principal parti d'opposition, moins d'une semaine après son congrès "fondateur".

Invités sur BFMTV à s'exprimer sur ce délicat sujet, le caricaturiste Joann Sfar et le secrétaire national des Républicains, Geoffroy Didier, se sont écharpés au cours d'un débat particulièrement animé.

"Qu’est-ce que vous diriez si vous appreniez demain que les Républicains font une convention sur les juifs en France?" s'est tout d'abord interrogé le dessinateur, qui sort aux éditions Delcourt un recueil de ses carnets, Si dieu existe.

"Isoler une religion des autres, parce qu'il y a des citoyens français qui payent leurs impôts et qu'ils n'ont rien fait de mal, et qu'ils apprennent qu'on discourt de leur religion, à huis clos. Les juifs et les musulmans, ce n'est pas la même chose?", s'est interrogé le caricaturiste.

"C'est une question politique", plaide Didier

"Dans leur immense majorité, les musulmans de France vivent leur religion et exercent leur culte de manière sereine dans le respect de la République", a rétorqué Geoffroy Didier, avant de poursuivre: "Il y a aussi beaucoup de nos concitoyens qui considèrent que l’émergence de la religion musulmane est un phénomène culturel. C’est une question politique."

"J’estime que toutes les familles politiques doivent pouvoir se poser la question de la meilleure manière qui soit de faire vivre l’islam de France", a plaidé le conseiller national des Républicains. "C'est bien parce qu'il y a des crispations qu'il faut réfléchir ensemble."

"Sarkozy a eu une idée à la con", attaque Sfar

Persuadé que la journée de ce jeudi pourra se mener dans la sérénité, Geoffroy Didier a évoqué le programme de ce rendez-vous tant polémique. "Il y aura des échanges d'expériences avec des experts, des élus, avec des expériences locales, pour améliorer le dialogue inter-religieux, car il n'y a rien de pire que l'ignorance", a encore fait valoir l'avocat de profession.

Pas assez convaincant, aux yeux de Joann Sfar. "Pourquoi vous n’avez pas parlé de dialogue inter-religieux ou de lutte contre la radicalisation?", s'est interrogé le caricaturiste. "Vous voulez mon analyse? Sarkozy a eu une idée à la con, vous êtes obligé de la vendre et vous êtes un peu embêté", a-t-il ensuite lancé.

"Par ignorance, vous vous sentez obligé de caricaturer monsieur Sarkozy", a ensuite répondu le membre des Républicains. Avant d'insister: "Beaucoup de Français veulent préserver leur mode de vie."

De nombreuses réactions tout au long de la journée

Pour cette première réunion de travail des Républicains, le thème choisi a été celui de l’islam. Une convention boudée dès son annonce par le Conseil français du culte musulman (CFMC), qui y voit une stigmatisation des musulmans. Et qui horrifie le pouvoir en place, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, s’étant quant à lui dit "extrêmement inquiet".

Du côté du principal parti concerné, certains n'ont pas hésité à justifier la tenue de cette réunion avec des mots volontairement forts. Le député des Yvelines, Jacques Myard, a ainsi répondu par la provocation: "Jusqu’à nouvel ordre, ça n’est ni les juifs ni les catholiques qui ont déposé des bombes et massacré des concitoyens donc il y a une interrogation."

Plus nuancé, le député de Haute-Savoie Lionel Tardy a expliqué sur notre antenne qu’il "faut aborder tous les sujets si on veut avoir un projet politique."

Pour Sarkozy, il ne faut "pas fuir les débats"

A l'initiative de cette réunion de travail si commentée, Nicolas Sarkozy a affirmé mercredi soir qu'il ne fallait "pas fuir les débats" car "formuler des mots sur des réalités, cela apaise".

"Nous, Les Républicains, nous ne devons pas fuir les débats. Ce n'est jamais un problème" de "parler", "travailler", "réfléchir", a lancé le président de la nouvelle formation, lors d'un meeting où se pressaient près de 1.500 personnes à Asnières-sur-Seine.

Au contraire, selon lui, "c'est un problème de dire qu'il n'y a pas de difficultés". "Formuler des mots sur des réalités, cela apaise parce que vous formulez une peur, une douleur. Il en est d'un pays comme d'une famille. Il faut parler, il faut travailler, il faut approfondir". "Quand on s'exprime, on peut apporter des réponses", a-t-il insisté.

Comme il l'avait annoncé lors d'un conseil national de l'ex-UMP, le 7 février dernier, Nicolas Sarkozy organise jeudi "une journée de travail" des Républicains sur l'islam. Deux députés ont été chargés par lui de la préparer, Gérald Darmanin et Henri Guaino. Tous deux lui remettront ensuite un texte qu'ils publieront.

Jé. M.