BFMTV

Commission des comptes de campagne: Sarkozy "n'ignorait rien des positions de principe"

François Logerot, président la Commission nationale des comptes de campagne, le 5 juin.

François Logerot, président la Commission nationale des comptes de campagne, le 5 juin. - -

François Logerot, président la Commission nationale des comptes de campagne, expose les raisons qui ont conduit à l'invalidation des comptes de la présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy.

La Commission nationale des comptes de campagne avait prévenu l'équipe de Nicolas Sarkozy. Le Conseil constitutionnel a confirmé, ce jeudi, l'invalidation des comptes UMP pour la présidentielle de 2012. François Logerot, président la Commission nationale des comptes de campagne, a apporté, sur BFMTV ce vendredi après-midi, son explication sur cette décision.

François Logerot a d'abord insisté sur le fait que l'équipe de Nicolas Sarkozy connaissait les règles du jeu. "Comme à l'égard de tous les candidats et de leurs équipes de campagne, la commission était à leur disposition pour les rencontrer. Nous l'avons fait à plusieurs reprises, nous leur avons rappelé les principes posés par le code électoral", a-t-il insisté.

Délicat problème des dépenses de nature électorale

Selon lui, la Commission a donné son point de vue "sur le problème délicat des dépenses de nature électorale. Le président n'avait pas encore déclaré publiquement sa candidature. Il n'ignorait rien des positions de principe de la commission qui ont été confirmées par le Conseil constitutionnel. Elles sont conformes à la jurisprudence déjà ancienne".

Un des critères retenus est que "si le président, qui n'est pas encore déclaré candidat, présente des éléments de son bilan, attaque les positions des autres concurrents déclarés ou présente des propositions pour l'avenir, il s'agit de dépenses à caractère électoral. C'est ce qu'a jugé le Conseil constitutionnel", a-t-il conclu.

E. M. avec F. Duprat et G. Barret