BFMTV

Affaire Fillon: "Les parlementaires m'ont remercié d'avoir lancé le débat", assure Georges Fenech

Georges Fenech.

Georges Fenech. - Capture BFMTV

Georges Fenech, le député LR du Rhône, estime que les résultats de la primaire sont caduques après les révélations sur le couple Fillon. Il demande un congrès national extraordinaire de son parti afin de nommer un nouveau candidat à la présidentielle.

"Je me demande si ce n’est pas déjà trop tard." Georges Fenech est pessimiste sur l'avenir de sa famille politique dans la course à la présidentielle. Alors que la majorité des élus Les Républicains ont appelé à l'unité derrière François Fillon, le député du Rhône est le premier à évoquer la possibilité de changer de candidat. 

"Ou bien nous continuons comme ça et nous allons droit dans le mur ou bien nous nous réunissons très rapidement pour décider ce qu’on va faire", estime jeudi sur BFMTV le député, ex-soutien de Nicolas Sarkozy.

Geroges Fenech, qui a dénoncé une primaire "caduque", a réclamé la tenue d'un conseil national extraordinaire du parti Les Républicains afin de sélectionner un autre candidat à trois mois de l'échéance électorale. "Les collègues demandent un délai de réflexion", annonce-t-il. Pour lui, rien de personnel dans cette proposition - estimant que François Fillon est "présumé innocent" - mais il s'agit bien de relancer la campagne de la droite.

"Reprendre en main notre destinée"

"Sur le terrain, nous sommes devenus totalement inaudibles, nous sommes dans l’incapacité de faire la campagne", poursuit le député du Rhône martelant que les élus n'arrivent "plus à défendre notre programme". "C’est ça la difficulté" a-t-il encore lancé avant d'ajouter: "Aujourd'hui, François Fillon est plus préoccupé par sa défense puisque tout le monde l’interroge sur cette affaire que d’être audible sur le programme".

Georges Fenech balaie également d'un revers de la main la demande de François Fillon faite mercredi aux élus hier. Le candidat à la présidentielle a réclamé un délai de 15 jours. "Qu’est-ce que c’est que ces 15 jours, s'intérroge l'élu. Est-ce que nous avons la maitrise du calendrier judiciaire? On va s’en remettre à la décision d’un juge ou d’un procureur pour savoir ce que nous, formation politique avec vocation à gouverner, devons faire."

"C’est à nous de reprendre notre destinée en main", appelle-t-il de ses voeux.

"Le plan B, c'est François Fillon"

Le député du Rhône invite François Fillon à prendre ses responsabilités et de prendre exemple sur le général De Gaulle qu'il cite souvent comme référence. "Le plan B, c'est François Fillon, a lancé Georges Fenech. Il doit tout faire pour faire passer l’intérêt général avant son intérêt personnel." Car pour lui, si les quatre millions de votants à la primaire de la droite et du centre avaient été avertis de ces informations, François Fillon n'aurait jamais été investi.

Pour conclure, Georges Fenech l'assure. Son initiative n'a rien de personnel. "Tous les parlementaires que j’ai croisé après ma prise de position m’ont tous remercié, insiste-t-il.Tous m’ont remercié d’avoir lancé le débat."

Reste désormais à savoir si le député LR sera sanctionné par la direction de son parti. 

Justine Chevalier