BFMTV

A l'UMP, Nadine Morano fait savoir qu'elle "n'a pas sifflé" Alain Juppé

L'eurodéputée UMP Nadine Morano

L'eurodéputée UMP Nadine Morano - Mathieu Alexandre - AFP

L'eurodéputée Nadine Morano juge inéluctable un rassemblement de la droite et du centre, à la manière d'Alain Juppé. Et elle en profite pour faire un appel du pied au maire de Bordeaux, signalant qu'elle ne l'a pas sifflé, contrairement à d'autres dans son parti.  

"François Bayrou, on a gouverné avec lui sous Chirac. On ne peut pas le laisser dehors". Sur la question du président du MoDem, honni par les militants de l'UMP pour son appel à soutenir François Hollande en 2012, Nadine Morano partage la ligne d'Alain Juppé. "J'étais ulcérée par sa prise de position en 2012 mais c'est le passé", juge l'eurodéputée au site de France Télévisions.

L'ancienne secrétaire d'Etat envisage même une réconciliation possible entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou, d'autant que au niveau local des élus UMP s'affichent aux côtés de leurs collègues du MoDem pour certains scrutins. "Il faut regarder l'avenir, il faut un large rassemblement pour réussir l'alternance, et beaucoup de personnes au bureau politique de l'UMP partagent cette idée", explique aussi Nadine Morano au Figaro.

Tout ça pour expliquer que malgré sa forte relation à Nicolas Sarkozy elle n'a "pas sifflé Juppé samedi" lors du conseil national de l'UMP quand le candidat à la primaire a évoqué ce rapprochement de la droite et du centre, inéluctable selon lui. Nicolas Sarkozy non plus ne s'y est pas opposé.

Entre Juppé et Sarkozy, Morano ne se prononce pas

Suffisant pour imaginer que Nadine Morano s'engage derrière Alain Juppé lors de la primaire à droite prévue en 2016? Lors de la campagne présidentielle de 1995, les deux responsables politiques ont travaillé ensemble derrière Jacques Chirac. Et l'eurodéputée avait pris ses distances avec Nicolas Sarkozy après son élection à la tête de l'UMP, déclarant à propos de 2017, "ce qui m'intéresse, ce sont les idées, le programme pour la France. Nous verrons à ce moment-là quel sera le programme défendu, où seront représentées mes idées et j'entends bien les faire valoir".

Quelques semaines plus tard, Nadine Morano s'était montrée très virulente contre le duo NKM-Wauquiez mais avait réaffirmé qu'elle ne "ferait jamais défaut" à l'ancien président de la République. Avant de refuser néanmoins d'intégrer le nouvel organigramme car le poste proposé était "indigne". Leurs échanges avaient même été virulents.

S.A.