BFMTV
Politique

"Les Français en ont marre des polémiques", juge Benoît Hamon

Selon le sondage Elabe pour BFMTV, 64% des Français se disent choqués par le coup de sang de Jean-Luc Mélenchon lors des perquisitions. Les réactions politiques après ces résultats.

Selon le sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV, 64% des Français se disent choqués par le comportement de Jean-Luc Mélenchon pendant les perquisitions et 70% d'entre eux considèrent que l'image du leader LFI est ternie.

"Les Français en ont marre de ces affaires" 

Pour Benoît Hamon, qui réagit à cette étude au micro de BFMTV, les Français sont fatigués des affaires et des polémiques qui se succèdent:

"Les Français en ont marre. On a une forme d'asphyxie aujourd'hui des citoyens, qui pèse sur la vie politique française, et on ne parle jamais de l'essentiel."

Pour le leader de Génération.s il est inacceptable de s'en prendre à la presse comme l'a fait Jean-Luc Mélenchon:

"La responsabilité politique commande de ne pas céder à cette tentation autoritaire. Pour la santé de notre démocratie il faut se garder de s'en prendre parfois de manière trop facile à un bouc émissaire qui serait le journaliste en règle générale".

"Une réalité différente sur le terrain"

Dans une tribune publiée ce mercredi dans le Monde, Benoît Hamon appelle justement à inventer "une gauche écologiste européenne, démocratique et fraternelle" et se pose en alternative au parti de Jean-Luc Mélenchon:

"Il faut prendre ses responsabilités. Je m'engage dans cette bataille mais il n'y aura pas d'avenir pour la gauche sans solution d'une part et sans intelligence collective d'autre part. Je ne crois pas à cette idée absurde que l'on pourrait se donner à un homme ou à une femme providentiel".

Du côté de la France Insoumise au contraire, les résultats du sondage Elabe ne sont pas en phase avec la réalité du quotidien comme l'explique Antoine Léaument, communicant numérique de Jean-Luc Mélenchon et de LFI:

"Je vois une grosse différence entre ce qui ce dit et ce que je vois sur le terrain. Ce que je constate c'est qu'on a eu 2.000 signatures en une semaine et qu'il y a un soutien des Français qui s'exprime pour la France Insoumise."

Antoine Léaument est ensuite revenu sur la conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon ce mercredi au Parlement européen à Strasbourg où ce dernier a une nouvelle fois attaqué la presse, estimant finalement que le chef de file était victime de "malveillance" de la part des journalistes.

M. F.