BFMTV

64% des Français choqués par le comportement de Jean-Luc Mélenchon pendant les perquisitions

Sondage BFMTV - Selon un sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV que nous publions ce mercredi, la semaine mouvementée de Jean-Luc Mélenchon nuit sensiblement à son image, pour la majorité des Français.

Le dernier sondage Elabe que nous diffusons ce mercredi porte sur l'image du leader de La France Insoumise (LFI) après les perquisitions houleuses menées à son domicile ainsi qu'au siège de LFI et celui du Parti de Gauche le 16 octobre dernier. Ce sondage révèle que 64% des Français affirment être "choqués", dont 35% "très choqués" par le comportement de Jean-Luc Mélenchon et de ses proches après son coup de sang.

A contrario, 30% des Français déclarent ne pas être choqués par l'affaire, et 6% ne pas en avoir entendu parler. Par ailleurs, l'électorat de Jean-Luc Mélenchon est lui très partagé: 49% de ses électeurs se disent choqués par son comportement, quand 47% d'entre eux ne le sont pas. Les électeurs de l'actuel chef de l'Etat et sympathisants de LaREM apparaissent comme la catégorie de la population la plus choquée par cette séquence à 86%, suivis par les électeurs de François Fillon (LR), à 80%.

Un revers de ses propres électeurs

Quant à l'impact de cette semaine mouvementée sur l'image de Jean-Luc Mélenchon, 70% des Français estiment que la polémique a un effet négatif sur le chef de La France Insoumise. Dans le détail, 40% des Français jugent cet impact très négatif, 30% le jugent assez négatif, et 22% jugent à l'inverse que la polémique n'a pas d'incidence sur l'image du leader de LFI.

Plus surprenant, Jean-Luc Mélenchon subit un revers dans son propre camp: 60% de ses électeurs jugent cette polémique négative pour son image, dont 17% "très négative". En témoigne sa chute dans les sondages, avec moins 7 points dans le baromètre Opinionway pour LCI par rapport au moins précédent.

Comme précédemment, le prisme politique nous enseigne sans surprise que ce sont les électeurs d'Emmanuel Macron et ceux de François Fillon qui condamnent le plus largement ce comportement, qu'ils considèrent porter grandement atteinte à l'image de Jean-Luc Mélenchon (respectivement à 85% et 82%).

Mélenchon perçu comme "autoritaire" et "inquiétant"

Et si l'image de l'homme politique apparaît s'effriter, l'institut Elabe qui a piloté l'enquête d'opinion s'est également penché sur les qualités et défauts attribués à Jean-Luc Mélenchon par les Français. Et c'est l'autorité de ce dernier qui en ressort le plus (78%), ainsi que son côté "inquiétant" (62%). Une perception majoritairement partagée par l'ensemble des électorats -hormis le qualificatif "inquiétant" pas retenu chez ses propres électeurs.

L'opinion publique reconnaît pour autant au leader de La France Insoumise un certain dynamisme (57%), un constat partagé par 90% de ses électeurs et environ la moitié des autres principaux électorats.

Mais c'est du côté de "sa présidentialité" que les choses se gâtent: seuls 20% des Français le considèrent capable d'endosser le rôle de président de la République. Ainsi, seules 29% des personnes interrogées reconnaissent son honnêteté ou encore sa capacité à rassembler la gauche, 32% lui reconnaissent sa proximité avec les concitoyens, et 27% sa sympathie.

Aucun parti d'opposition pour 1 Français sur 2

Enfin, Elabe a cherché à sonder les Français sur leur vision de l'état de la politique en général et sur un éventuel parti qui incarnerait l'opposition à leurs yeux. Un an et cinq mois après l'élection d'Emmanuel Macron, près d'un Français sur deux estime qu'aucun mouvement politique n'endosse ce rôle.

Malgré les déboires de cette dernière semaine, La France Insoumise, citée par 21% des Français reste le premier parti d'opposition, mais a fortement chuté dans les sondages ces deux derniers mois.

Le Rassemblement national quant à lui est relativement plus stable depuis le début du quinquennat, et devance toujours Les Républicains à 14% contre 10%. Depuis l'élection de Laurent Wauquiez à sa tête, le parti de droite oscille autour de ce pourcentage et ne semble pas incarner un réel parti d'opposition aux yeux des concitoyens.

Echantillon de 1000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l'interviewé après stratification par région et catégorie d'agglomération. Interrogation par Internet les 23 et 24 octobre 2018.

M. F.