BFMTV

Le Modem, libre arbitre du deuxième tour ?

-

- - -

La formation centriste de François Bayrou est au cœur des tractations de l’entre-deux tours des municipales dans de nombreuses villes.

« Examiner la situation ville par ville » : c'est la stratégie de François Bayrou pour le deuxième tour des municipales. Courtisé dès dimanche soir par Ségolène Royal puis par le Premier Ministre François Fillon lundi après-midi, le président du Modem n'a pas donné de consigne nationale concernant le second tour. En effet, les voix du Mouvement Démocrate (Modem) sont très courtisées, aussi bien à gauche qu'à droite, dans de nombreuses villes. Le leader centriste compte « examiner ville par ville » ce qui lui « paraît être l'intérêt et le juste chemin ».

Entre les deux tours de la présidentielle 2007, il s'était nettement rapproché de Ségolène Royal, allant jusqu'à débattre avec elle sur RMC et BFMTV, mais n'avait jamais appelé à voter pour elle.

Dans les villes où il le peut, le Modem se maintient au second tour : Saint-Etienne, Saint-Malo, Quimper, Rennes, Saint-Brieuc. Mais dans le reste des villes grandes et moyennes, le Modem doit se contenter d'un rôle d'arbitre, ses scores ne lui permettant pas de se maintenir.

Un espace au centre-gauche pour 2012

Ainsi, à scrutin local, décisions locales. Refusant de se positionner au niveau national pour le second tour de ces municipales, François Bayrou semble jouer la carte du candidat le mieux placer pour l'emporter dans chaque ville, comme l'explique Richard Robert, enseignant à l'IEP de Paris et auteur de « La possibilité d'un centre. Stratégies de campagne de François Bayrou ». Selon lui, sur le plan national et donc personnel de François Bayrou, « l'enjeu est d'aller vers ce qui permettra de bien se positionner pour 2012 ». Il estime que François Bayrou se tourne vers l'espace de centre-gauche laissé libre par le départ de Dominique Strauss-Kahn à la présidence du FMI. Une stratégie, qualifiée par Olivier Besancenot de « danse du ventre » ce matin sur RMC, qui n'empêche pas le Modem de s'allier à l'UMP dans certaines villes pour ce second tour des municipales.

La rédaction avec Paul Laffite et Thomas Chupin