BFMTV

Juppé, Sarkozy, Fillon... Les candidats à la primaire de la droite draguent l'électorat catholique

Le maire de Bordeaux Alain Juppé et son épouse Isabelle Juppé (à gauche) assistent à la messe de l'Assomption présidée par le cardinal et archevêque de Lyon Philippe Barbarin, à Lourdes, le 15 août 2016.

Le maire de Bordeaux Alain Juppé et son épouse Isabelle Juppé (à gauche) assistent à la messe de l'Assomption présidée par le cardinal et archevêque de Lyon Philippe Barbarin, à Lourdes, le 15 août 2016. - Pascal Pavani - AFP

Plusieurs candidats à la primaire à droite se sont adressés aux catholiques lundi, jour de célébration de l'Assomption.

Près de trois semaines après l'assassinat du père Jacques Hamel en pleine messe à Saint-Etienne-du-Rouvray, les catholiques ont, un peu partout en France, prié lundi 15 août "pour la paix" et "pour la France". Et à trois mois des primaires de la droite, plusieurs candidat des Républicains se sont joints à ces célébrations de l'Assomption.

Juppé à Lourdes, Sarkozy au Lavandou

A Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées, où au moins 22.000 fidèles étaient présents, le maire de Bordeaux Alain Juppé a assisté avec sa femme Brigitte Juppé à la messe dans la matinée, et participé en début d'après-midi à la "prière pour la France" dans les sanctuaires, lieux de culte catholique au pied des Pyrénées. Se définissant comme catholique et prenant soin de préciser venir régulièrement à Lourdes pour le 15 août, l'ancien Premier ministre a exprimé son "soutien" aux catholiques après les attentats et salué le message de "concorde" de l'Eglise de France.

"Je crois qu'il était important d'adresser un message de fidélité et de soutien aux catholiques de France. Je comprends leur inquiétude, je suis moi-même catholique, je pense aussi aux chrétiens d'Orient qui sont déracinés par la guerre et la violence de leurs terres ancestrales", a déclaré le favori des sondages.

Le président des Républicains Nicolas Sarkozy s'est lui rendu avec sa femme Carla Bruni-Sarkozy à la messe de l'Assomption au Lavandou, dans le Var. Non loin de la propriété que sa belle-famille possède au Cap Nègre, où il passe ses vacances avant son pressenti départ de la présidence des Républicains et l'officialisation de sa candidature à la primaire de la droite. 

"En pensée avec les catholiques de France qui prient pour notre pays si durement éprouvé ces derniers mois #perehamel#15aout - NS", a également tweeté l'ex-chef de l'Etat. Mais si Nicolas Sarkozy s'est récemment revendiqué, lors d'un meeting à Lille en juin, "Français" et "chrétien", un élu LR cité par Le Parisien rappelle lui que le patron de la droite n'est pas très pratiquant. "Il aura au moins prié une fois cette année", ironise-t-il.

Fillon dans la Sarthe, Bruno Le Maire discret

François Fillon était lui à l'abbaye de Solesmes, dans son fief de la Sarthe, pour la célébration de l’Assomption. Pour "retrouver nos racines chrétiennes et l’esprit des Béatitudes", a-t-il tweeté. 

En revanche, le député de l'Eure Bruno Le Maire a lui préféré rester discret. "Il estime que sa vie de chrétien ne regarde que lui. Cela change de l'impudeur de certains qui s'affichent un 15 août, mais qui peuvent omettre que la foi catholique est avant tout des pratiques de vie et des valeurs quotidiennes", explique un de ses proches au Parisien. "Il n’a pas à prouver qu’il est catholique. Il ne veut pas faire de la politique clientéliste", fait par ailleurs valoir son entourage auprès du Lab d'Europe 1.

Pas le pré carré de la droite

Mais les ténors de la droite n'ont pas été les seuls à s'adresser aux fidèles le 15 août. Faut-il y voir un geste de réconciliation après la brouille du mariage pour tous? L'Elysée a annoncé lundi que le président de la République François Hollande se rencontrerait ce mercredi en visite privée le pape François au Vatican, pour s'entretenir tout particulièrement des suites de l'assassinat dun prêtre Jacques Hamel.

Enfin, à l'extrême droite, la présidente du Front national Marine Le Pen a elle aussi posté un message sur Twitter pour souhaiter "une bonne fête de l'Assomption à tous, avec une pensée particulière pour les Chrétiens d'Irak et de Syrie". Lors des dernières élections régionales, en décembre 2015, où la formation avait enregistré un record de voix historique sans parvenir à décrocher la moindre région, l'électorat catholique avait plus voté FN que l'ensemble des Français

V.R.