BFMTV

Jean-Luc Bennahmias: "Les primaires ce n'est pas Miss France"

Jean-Luc Bennahmias, candidat de l'UDE (Union des démocrates et écologistes) à la primaire de la gauche, président du Front démocrate, était ce mardi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC.

Invité mardi matin sur BFMTV et sur RMC, Jean-Luc Bennahmias répond aux critiques parfois dirigées contre son physique: "Les critiques sur mon physique, sur mes dents, parfois, ça va, quoi. Ce n'est pas miss France, on est dans une primaire politique".

Il assure toutefois ne pas souffrir de ce type d'attaques: "Souffrir, non. Quand on s'expose, on s'attend quand même à subir quelques coups. On s'adresse à des millions de personnes. Alors par exemple, la comparaison avec Bourvil me va très bien. Et en plus le talent de ce garçon, le fait qu'il n'était pas que rigolo, qu'il avait du fond. Ca me correspond très bien, merci".

Jean-Luc Bennahmias est sûr de connaître la raison des critiques dont il fait l'objet: "C'est parce que je détonne! Je suis moi-même. Je ne joue pas, je ne suis pas dans une posture".

"Je pourrais voter Emmanuel Macron"

Jean-Luc Bennahmias se décrit comme un libertaire, "pour la défense des libertés individuelles et collectives, l'un ne va pas sans l'autre. La loi sur l'interdiction de fumer dans sa voiture parce qu'il y a des enfants: est-ce qu'on obligé de dire aux parents que c'est interdit de fumer? Je ne crois pas". Il défend "une société de responsabilité et pas d'interdiction".

Il sait qu'il ne gagnera pas cette primaire. Il juge "les trois qui sont en tête" les plus convaincants, comprendre Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. "Oui je pourrais voter pour Emmanuel Macron puisque je suis allé avec Bayrou", admet le cofondateur du MoDem de François Bayrou. "Mais dans le cadre des primaires, celui qui sortira des primaires sera mon candidat".

Jean-Luc Bennahmias défend et croit possible une union entre Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et le vainqueur de la primaire. Ou alors "tout le monde peut se tirer des balles dans le pied, dans ces cas-là on peut éliminer la gauche de ce pays pendant quelques années. Moi je ne m'y résous pas".

A.L.M.