BFMTV
Politique

"Je ne regrette absolument pas mes propos": Zemmour dénonce "une justice politique" après sa condamnation

Le candidat à l'élection présidentielle estime que sur le sujet des mineurs étrangers isolés, sa position est "humaniste."

Au lendemain de sa condamnation à 10.000 euros d'amende pour provocation à la haine raciale et injure raciste par le tribunal correctionnel de Paris, Éric Zemmour persiste et signe. Invité ce mardi matin sur BFMTV-RMC, le candidat à la présidentielle et créateur du parti Reconquête! l'affirme, il ne "regrette absolument pas" ses propos concernant les mineurs isolés.

"Je pense que je suis l’objet d’une justice politique, qui évidemment veut m’interdire de parler non-seulement d’immigration mais de lier l’immigration à la délinquance et à l’insécurité. C’est tout simplement une justice politique", a-t-il assuré.

"J'essaie de protéger mon peuple"

Éric Zemmour a une nouvelle fois tenté de justifier son discours en s'appuyant sur "un rapport sénatorial" qui pointait "la violence et la délinquance de ces prétendus mineurs isolés, qui sont en réalité des clandestins qui pour la plupart ne sont pas mineurs, et qui ne sont pas isolés car manipulés par des bandes mafieuses."

"J’essaie de protéger mon peuple, le peuple français des exactions de ces bandes de jeunes", a-t-il martelé.

Finalement, le polémiste a estimé que sa position sur le sujet était en réalité humaniste.

"Imaginez, vous avez des enfants, qu’un de vos enfants fait une fugue et s’en va à l’étranger, qu’est-ce que vous voudriez? Que le pays vous rende des enfants. C’est une position humaniste, d’abord pour protéger le peuple français et les Français agressés et volés et par ailleurs c’est une position humaniste", a-t-il conclu.
https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV