BFMTV

"Insoumeetic": rencontres en ligne entre mélenchonistes

Une pancarte "Mélenchon nous" dans une manifestation.

Une pancarte "Mélenchon nous" dans une manifestation. - Jacques DEMARTHON / AFP

Lancé comme une plaisanterie, un groupe Facebook permet aux militants de la France insoumise célibataires de se rencontrer.

"Rencontres pour célibataires intransigeants": c'est le slogan plein de second degré du groupe Facebook "Insoumeetic", au sein duquel échangent plus d'un millier de partisans de Jean-Luc Mélenchon en quête d'amour.

Le logo d'Insoumeetic
Le logo d'Insoumeetic © Capture BFMTV

Le groupe fermé, repéré par le JDD, a été lancé lors des élections législatives sur le ton de la blague, comme l'indique son nom, contraction entre les Insoumis et le site de rencontre Meetic.

"C'est parti de rien, raconte le créateur de la page au JDD. Dans un groupe Insoumis consacré aux législatives, une adhérente avait fait une publication dans le style d'un site de rencontre. Son message a fait beaucoup réagir, plus de 800 commentaires, au point que l'administrateur a dû les suspendre. De fil en aiguille, on a rigolé là-dessus, j'ai créé le logo en faisant le jeu de mot puis on a créé la page".

"Légèreté et respect"

Ce fonctionnaire de 39 ans, mélenchoniste convaincu, estime que "s'il y a des rencontres, c'est tout bénéf'". Le groupe peut "éventuellement rencontrer quelqu'un du même bord politique", ajoute un administrateur.

Le contenu publié reste très libre et assez éloigné d'un site de rencontre ou d'une page militante "classique":

"On fait les publications qu'on a envie de faire, on évite de trop parler politique. C'est une ramification des Insoumis, on est là pour parler dans la légèreté et le respect".

De fait, les "posts", souvent teintés d'humour, ne donnent que rarement dans la tribune politique.

Gauche plurielle

Si certains membres regrettent un "entre soi" "sectaire", le groupe est également ouvert aux personnes se réclamant du communisme, donnant lieu -malgré tout- à quelques échanges polémiques. Stéphane, jeune militant communiste, témoigne ainsi:

"On peut discuter avec des personnes avec lesquelles on a beaucoup de mal à communiquer en temps normal. Ça passe sur le ton de la blague, on a une piste pour le débat, puisque la situation est assez tendue entre Insoumis et communistes."

De là à fricoter avec l'ennemi? "Je pourrais tomber amoureuse d'un communiste. J'essayerai juste d'expliquer à Pierre Laurent qu'il faut sortir du nucléaire", plaisante une militante insoumise.

L.N.