BFMTV

Immigration: Marine Le Pen dénonce les "faux prophètes" et vise Eric Zemmour sans le nommer

Marine Le Pen a présenté ce mardi son plan de "maîtrise de l'immigration" au cas où elle l'emporterait à la prochaine présidentielle, comportant notamment un référendum. Dans son propos liminaire, elle a fustigé les incantations de "faux prophètes", une expression derrière laquelle chacun a pu deviner une attaque directe à l'encontre d'Eric Zemmour.

Pour Marine Le Pen, la conférence de presse de ce mardi était avant tout l'occasion de présenter son plan de "maîtrise de l'immigration", appuyé sur un projet de loi surnommé "C2I" pour "Citoyenneté, Identité et Immigration" dont la conception découlerait d'un référendum. Le tout est bien sûr conditionné à son hypothétique victoire à la présidentielle du printemps prochain.

Mais son propos liminaire a retenu l'attention des observateurs pour une autre raison: la candidate du Rassemblement national au scrutin suprême a en effet écorché au passage Eric Zemmour, dont la montée en puissance dans les sondages et le débat public la menace directement et mord sur son socle électoral.

Zemmour visé sans être nommé

L'attaque de Marine Le Pen à l'endroit des "faux prophètes" était en effet à l'évidence dirigée contre l'essayiste en passe de passer le Rubicon de la politique.

"J'appelle les Français à se méfier des faux prophètes qui, au moment des élections, invoquent en regardant le ciel, un nettoyeur tombé du haut du ciel mais derrière lequel se cache l'assurance-vie du système", a-t-elle averti.

"Cette question (de l'immigration, ndlr) doit être abordée, traitée avec sérieux, et exige autre chose que des constats de tribune, des affirmations qui blessent et des pistes de solutions hasardeuses voire dangereuses", a également estimé Marine Le Pen.

Ces dernières semaines, et au milieu d'une animosité mutuelle grandissante, Eric Zemmour et le camp Marine Le Pen n'ont cessé de s'accuser réciproquement de fournir à Emmanuel Macron sa meilleure chance de réélection, en divisant les droites et l'extrême droite à son profit.

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV