BFMTV

"Ils sont lâchés par leur hiérarchie politique": Marine Le Pen dénonce "l'abandon" des policiers

La présidente du Rassemblement national s'est déplacée dans un commissariat après les récentes tensions entre Christophe Castaner et les syndicats policiers.

Marine Le Pen veut profiter de la crise de confiance entre l'exécutif et les policiers. En déplacement dans un commissariat de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), la présidente du Rassemblement national a dénoncé "l'abandon récurrent des forces de l'ordre", "aujourd'hui lâchées par leur hiérarchie politique".

La députée appelle à "réarmer moralement, matériellement et juridiquement la police". "C'est plus nécessaire que jamais compte tenu de la situation", a-t-elle affirmé, évoquant "l'écœurement (...) évident" des forces de l'ordre.

"Pas véritablement de problème de violences policières"

Son déplacement intervient après les tensions de ces derniers jours entre Christophe Castaner et les forces de l'ordre. Ces dernières ont été exacerbées par les propos récents du ministre de l'Intérieur qui a annoncé que la suspension sera "systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré" de racisme au sein de la police. Il a également évoqué la possible interdiction de la méthode dite de l'étranglement, ce que contestent les syndicats.

"Les incidents à leur égard vont ainsi se multiplier", a estimé Marine Le Pen, qui a une fois de plus appelé à la démission de Christophe Castaner.

La patronne du RN juge qu'il "n'y a pas véritablement de problème de violences policières" "Il y a des défaillances personnelles comme il y en a chez les journalistes, les politiques, les enseignants, les carreleurs", a-t-elle listé, tout en contestant tout "problème structurel" au sein des forces de l'ordre.