BFMTV

Christophe Castaner envisage de revenir en partie sur l'interdiction de la clé d'étranglement

Christophe Castaner sur le péron de l'Elysée.

Christophe Castaner sur le péron de l'Elysée. - AFP

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a évoqué une idée pour tenter de calmer la colère des policiers, ce jeudi soir: maintenir la clé d'étranglement respiratoire et non la clé d'étranglement sanguin.

INFO BFMTV - Au terme de sa rencontre avec les différents syndicats policiers pour tenter de calmer leur colère ce jeudi soir, le ministre de l'Intérieur a évoqué l'idée de revenir en partie sur l'interdiction de la clé d'étranglement. Une mesure qu'il avait annoncée lundi lors de la présentation de son plan de lutte contre le racisme et les brutalités policières.

Selon nos informations, Christophe Castaner souhaiterait que les policiers soient toujours autorisés à pratiquer la clé d'étranglement respiratoire: une technique d'interpellation pendant laquelle le policier appuie son bras sur la trachée de l'interpellé. 

Il envisage bien, cependant, que soit interdite la clé d'étranglement sanguin: une technique d'interpellation consistant pour le policier à appuyer son avant-bras sur l'artère carotide de la personne interpellée. Et cette dernière ne sera plus évoquée dans les écoles de police. 

Une nouvelle terminologie envisagée

Il ne s'agit, pour l'heure, que d'une piste pour calmer la colère des policiers, et selon nos informations, il n'est pas question pour le ministre de parler de rétropédalage. La clé d'étranglement respiratoire prendra sûrement une autre appellation, telle que la prise par le cou ou par derrière. Toute la subtilité tiendra dans la terminologie choisie par le ministère lors de l'annonce.

Le ministre de l'Intérieur reçoit quatre autres syndicats policiers ce vendredi, les discussions se poursuivent donc.

Alexandra Gonzalez avec Jeanne Bulant