BFMTV

Hulot, Flessel: le gouvernement perd ses ministres les plus populaires

Avec les départs de Nicolas Hulot et Laura Flessel, le gouvernement perd deux "stars" de la société civile.

Ils étaient les plus populaires du gouvernement, deux "célébrités" avant d'accepter un maroquin ministériel: l'ancien présentateur d'Ushuaïa Nicolas Hulot et la championne d'escrime Laura Flessel ont claqué la porte du gouvernement. L'un, sans prévenir quiconque, sur une série de désaccords politiques, l'autre, pour "raisons personnelles", en "grillant" la priorité au remaniement attendu ce mardi.

En août, une enquête de l'Ifop pour le JDD révélait que certains membres du gouvernement étaient inconnus de 8, voire 9 Français sur 10. Un véritable handicap politique pour un exécutif souvent perçu comme technocratique. Nicolas Hulot et "la guêpe" - le surnom de l'escrimeuse cinq fois championne olympique - faisaient figures de stars: connus de 82% et 60% des Français interrogés, ces deux ministres étaient en outre parmi les plus populaires, avec, en juin dernier, 62% et 50% d'opinions positives, selon le baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio.

Coups médiatiques

"Laura Flessel part avec une cote de popularité qui s’était un peu effritée ces dernières semaines, mais qui la mettait encore très nettement au-dessus de tous les autres ministres", explique notre éditorialiste Laurent Neumann. "C’est pour leurs vies d’avant qu’ils sont populaires, ces gens-là, ce n’est pas pour leurs actions de ministres. Ils ne sont pas devenus populaires en agissant bien, comme Jean-Michel Blanquer", tempère cependant son comparse Christophe Barbier sur notre antenne.

Si les poids politiques respectifs de l'ex-ministre de la Transition écologique et solidaire et de l'ancienne ministre des Sports sont sans commune mesure, ce sont deux personnalités identifiées et appréciées des Français, deux "coups médiatiques" au moment de leur débauchage, qui renoncent à leurs fonctions. Surtout, ils étaient au sein de l'équipe d'Édouard Philippe les deux seuls représentants de la société civile connus du grand public, incarnations du "nouveau monde" politique voulu par Emmanuel Macron.

Louis Nadau