BFMTV

Hulot a "le cœur triste et l'esprit léger" en quittant le ministère

Nicolas Hulot ne sera plus ministre de la Transition écologique et solidaire à compter de ce mardi. A la veille d'abandonner son portefeuille, il a évoqué son état d'esprit devant notre caméra.

Nicolas Hulot a livré ce lundi quelques mots devant notre caméra dans la gare de Saint-Malo, en partance pour Paris, quelques jours après avoir annoncé sa démission des fonctions de ministre de la Transition écologique et solidaire. Décrivant son état d'esprit, il a énuméré: "Cœur triste, esprit léger, conscience tranquille". 

Il a poursuivi: "Ça n’a pas été un week-end trop agité car tout s’est arrêté". Alors qu'un remaniement se profile à l'heure où il s'agit pour l'exécutif de lui trouver un remplaçant, Nicolas Hulot a assuré: "Je ne lui souhaite que du bonheur". A-t-il un avis sur l'homme ou la femme de la situation? "Ce n’est plus ma responsabilité."

"Que tout le monde se mette au travail" 

A son arrivée à à Paris, il s'est encore exprimé au sortir du train. "Il faut qu'on tire des leçons de ce qu'il s'est passé(...) qu'on change l'organisation pour être plus opérationnel, et plus efficace et que tout le monde se mette au travail, mais pas simplement dans le gouvernement, que chacun prenne sa part de responsabilité dans un enjeu qui est compliqué", a-t-il estimé. 

Car l'important pour lui, dit-il, c'est que sa "démission ne soit pas vaine, qu'elle provoque un sursaut". Il a poursuivi: "J'ai le sentiment qu'elle provoque un sursaut dans la société, et rien que pour ça, ça vaut le coup". 

R.V. avec Marjorie Marcillac