BFMTV

Gratuité des transports en commun: Pécresse "ouverte à toutes les idées neuves" mais pose ses conditions

Valérie Pécresse à Paris le 30 janvier 2018.

Valérie Pécresse à Paris le 30 janvier 2018. - ERIC PIERMONT / AFP

La présidente de la région Ile-de-France ne s'oppose pas à la réflexion lancée par Anne Hidalgo à Paris sur la gratuité des transports en commun mais appelle à inclure la région dans le débat.

Pourra-t-on un jour prendre le métro ou le RER gratuitement? Interrogée ce mardi sur Radio Classique, Valérie Pécresse ne ferme pas la porte à cette idée lancée par la maire de Paris Anne Hidalgo. Cette dernière souhaite lancer un débat sur la gratuité des transports en commun et étudier cette possibilité déjà appliquée dans quelques villes en France et à l'étranger.

"Je suis ouverte à toutes les idées neuves, d'où qu'elles viennent évidemment, il faut étudier cette question ", a indiqué Valérie Pécresse.

La présidente de la région Ile-de-France, également en charge des transports à la tête d'IDF-Mobilités, émet toutefois deux conditions. "D'abord il ne doit pas y avoir 1 euro en moins de recette pour IDF Mobilités. Aujourd'hui la priorité des priorités, c'est la modernisation des transports. Or, la vente des tickets ça rapporte 3 millions d'euros chaque année à IDF Mobilités et si ce n'est pas les voyageurs qui payent, ce sera les contribuables d'une manière ou d'une autre", a prévenu Valérie Pécresse.

Une gratuité à l'échelle de la région

La présidente de l'Ile-de-France souhaite ensuite que toute la région soit concernée en cas de gratuité pour éviter une "inégalité entre les Parisiens et les habitants de la banlieue".

"La pollution est largement importée à Paris, donc si on fait la gratuité des transports pour les Parisiens, ça n'aura pas d'impact sur la pollution puisque ce sont les Franciliens qui la plupart prennent leur voiture pour venir à Paris", poursuit Valérie Pécresse. 

Sur ce dossier comme "sur tous les sujets transports", l'élue Les Républicains appelle Anne Hidalgo à "ne pas faire cavalier seul".
C. B