BFMTV

Une journaliste menacée après une chronique sur jeuxvideo.com: Marlène Schiappa interpelle Twitter

Dans une lettre à Twitter France, la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité femmes-hommes a enjoint vendredi les "principaux acteurs du secteur numérique, réseaux sociaux et forums" à "s'interroger sur (leurs) responsabilités pour contribuer à limiter les formes de haine sur Internet".

La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a réagi vendredi à la vague de commentaires haineux adressés depuis plusieurs jours à Clara Gonzales et Elliot Lepers, créateurs du numéro "anti relous", et à la journaliste Nadia Daam, à la fois sur Twitter et sur le forum 18-25 de jeuxvideo.com.

Vendredi 27 octobre était lancé le numéro "anti-relous", dont le but était d’aider les femmes à se débarrasser de personnes trop insistantes en leur donnant ce faux 06. Le service a été désactivé lundi soir, à la suite d’une "attaque coordonnée contre le service" et d’une "campagne de harcèlement" contre les créateurs du service, rapportent-ils dans un communiqué publié mardi.

"A 23h, un homme s’est présenté au domicile de l’un d’entre nous et a sonné plusieurs fois avant de repartir", indiquent-ils.

Dénonçant ce harcèlement dans une chronique sur Europe1 mercredi matin, la journaliste Nadia Daam s’est à son tour retrouvée victime de menaces de mort, de viol, des menaces envers son enfant et d’une tentative d’intrusion à son domicile au milieu de la nuit, rapporte Libération.

S’adressant à la directrice des relations institutionnelles de Twitter France, Marlène Schiappa appelle donc ce vendredi le réseau social à renforcer la modération des contenus haineux et répréhensibles par la loi.

Schiappa dénonce la "faiblesse de modération" de Twitter

Précisant que le directeur de Webedia, société propriétaire de jeuxvideo.com, a "délivré son accord de principe" pour que les "principaux acteurs du secteur numérique, réseaux sociaux et forums" se réunissent, Marlène Schiappa a demandé à Twitter d'agir.

"Alors que la faiblesse de la modération des commentaires haineux de toute sorte sur votre réseau social a déjà été soulignée à plusieurs reprises par le passé - et en particulier s’agissant des attaques régulières de cyber-harcèlement sexistes - je ne pourrais que vous inciter à amorcer une nouvelle réflexion sur la politique de modération du contenu du réseau", déclare-t-elle.

"Il ne nous est pas possible d’appeler les femmes à 'libérer leur parole' si cette parole est suivie d’un tel harcèlement sur Twitter", ajoute-t-elle. 

"Nous devons continuer ensemble la réflexion et il incombe à chacun des acteurs de s’interroger sur ses responsabilités pour contribuer à limiter les formes de haine sur Internet", exige-t-elle. 

Jeuxvideo.com affirme avoir doublé sa modération

De son côté, Jeuxvideo.com a précisé dans un communiqué apporter "un soutien sans équivoque aux personnes physiques ou morales ayant été attentées, aux créateurs du service 'anti-relous' contre les violences faites aux femmes, comme à la journaliste Nadia Daam".

"Le groupe Webedia se tient à la disposition des autorités pour confondre les auteurs de telles attaques ou menaces, et étudie la possibilité d’une action juridique solidaire ou spécifique à l’encontre des utilisateurs ayant possiblement détourné l’usage des forums jeuxvideo.com à des fins malveillantes", affirme par ailleurs le communiqué, confirmant par ailleurs qu’un premier échange a eu lieu avec Marlène Schiappa le 2 novembre.

"Depuis mardi, les ressources humaines de modération ont été doublées", assure le forum. "Désormais et depuis le 1er novembre en fin de journée, les topics évoquant les personnalités et services visés par les actes malveillants sont systématiquement effacés en prévention."

A l’heure de la rédaction de cet article, les sujets du forum concernant la polémique étaient en effet régulièrement supprimés sur le forum 18-25, d’autres fleurissant pour contester la modération.

Liv Audigane