BFMTV

Trappes: Hamon et Dati s'invectivent

Rachida Dati, contactée par téléphone, a réagi aux récentes violences urbaines à Trappes sur BFMTV le 22 juillet 2013.

Rachida Dati, contactée par téléphone, a réagi aux récentes violences urbaines à Trappes sur BFMTV le 22 juillet 2013. - -

La flambée de violences à Trappes dans les Yvelines a donné lieu, ce lundi, à quelques échanges vifs entre Benoît Hamon et Rachida Dati.

Les violences urbaines des derniers jours à Trappes ont donné l'occasion à Rachida Dati et Benoit Hamon d'échanger sur BFMTV quelques amabilités. Le ministre délégué à l'Economie sociale a reproché à la maire UMP du VIIe arrondissement de Paris de parler d'une ville sans y avoir "jamais mis les pieds".

"Les événements de Trappes ne sont pas de la délinquance de droit commun, c'est une délinquance qui s'en prend à la République en s'attaquant à ses institutions", a estimé Rachida Dati jointe par téléphone. Elle a dénoncé au passage "la culture du laxisme et de l'impunité pénale" de la gauche au pouvoir.

"La déconnexion totale de cette nomenklatura de gauche"

Et l'ancienne Garde des sceaux de fustiger "la déconnexion totale de cette nomenklatura de gauche vis-à-vis de la réalité que vivent les Français".

Réponse de Benoît Hamon: "J'ai entendu Mme Rachida Dati parler de Trappes, où elle n'a jamais mis les pieds et dont elle ne connaît absolument pas la réalité".

Le ministre délégué, ex-élu de cette circonscription des Yvelines, "trouve choquant d'entendre une dame élue d'un arrondissement très bourgeois de Paris parler de Trappes de cette manière-là".

dossier :

Benoît Hamon

E. M. avec AFP